Category: Le coin musique

Interview de DJ Hazard & DJ Hype / 10 ans de Playaz Recordings

hyoeeee

Hype & Hazard by Chelone Wolf (Low Res)-2

 

hyoeeee

Salut les gars, merci de prendre le temps de répondre à nos questions, c’est un réel plaisir.

Hazard, la dernière fois que tu avais visité Dour, c’était en 2015. Et très franchement, on avait pris une grosse claque. Même si tu es principalement reconnu pour ton côté jump-up, ton set était un voyage à travers la Bass Music, piochant aussi bien dans la Neurofunk que la Trap Music. Avec la technique du show pour sublimer tout ça, tu nous as vraiment laissé une très bonne impression. Quelles sont tes influences en matière de Neurofunk/Dark D&B ?

Hazard : Je ne suis pas vraiment sûr de ce que c’était ! Je suis un DJ assez simple, avec des goûts assez simples – il m’arrive même de ne pas écouter certaines productions ou certains styles mais quand j’aime quelque chose, je le joue.

Deuxième question pour toi, Hazard : le succès de ta collaboration avec Distorded Minds (Mr Happy) n’est un secret pour personne. Au fil des années, elle est même devenue l’une des musiques les plus répandues dans le milieu Drum & Bass – on se souvient même avoir vu Noisia l’utiliser pour un double drop avec Dead Limit il y a deux ans à Sydney. Même s’il s’agit presque d’un hymne pour beaucoup de monde, de nombreux DJ à travers la monde continuent de nous surprendre en la mélangeant à d’autres tracks. Quelle est ton point de vue là-dessus ? Comment as-tu réagi en constatant que l’un de tes morceaux rencontre un tel succès ?

Hazard : Je pense que ça ne peut qu’être une bonne chose. Ça signifie aussi qu’on ne me met pas la pression pour retourner au studio produire de nouvelles musiques, puisque les gens entendent déjà mes productions dans beaucoup de sets différents. Même après tout ce temps, les gens l’aiment toujours autant et beaucoup me demandent encore de la jouer aujourd’hui. Du coup, je le fais !

Récemment, vous avez tous les deux eu l’occasion de jouer en Autriche pour la deuxième édition du NuForms Festival. Votre célèbre B2B, juste après The Prototypes et avant Andy C. L’édition de cette année était particulièrement riche pour les amateurs de jump-up mais pourtant, votre set nous a marqué par sa diversité. Surtout lorsque l’on considère que c’était l’un des rares shows présentés par deux MC simultanément, GQ et Eksman. On a pu discuter un peu avec High Contrast il y a quelques semaines, et il nous a confié qu’il trouve un peu étrange de mixer sans quelqu’un pour chauffer la foule. Pourtant, de nombreuses personnes sont sceptiques à propos du rôle des MC et préfèrent simplement écouter la musique. Vous en pensez quoi ? En quoi est-ce différent pour vous de travailler avec ou sans un MC ?

Hazard : Personnellement, je préfère travailler avec un MC. Je pense que ça colle parfaitement à la Drum & Bass et que ça ajoute de la profondeur à la musique. Eksman et GQ sont assez versatiles et peuvent porter à la fois la casquette de « host » et celle de MC. C’est justement ce mélange des deux qui convient très bien à notre musique.

Hype : J’aime travailler avec des bons MC, mais je préfère m’abstenir de travailler avec un mauvais MC. Je peux tout à fait mixer sans MC et suis assez versatile à ce propos – je suis d’ailleurs content que vous ayez noté la diversité de nos performances. Les gens me voient souvent comme un DJ Jump Up, alors que je me considère comme assez ouvert. Il m’arrive de mixer beaucoup de genres de D&B différents, avec des influences souvent tirées de la Jungle Music. J’adore mélanger les styles, je l’ai toujours fait et quand je présente mon émission de radio je peux me permettre de l’être encore plus !

Ça fait maintenant une vingtaine d’années que vous produisez de la musique : quel est votre point de vue sur l’évolution de la scène ? Est-ce que vous êtes confiants quant à l’avenir de la D&B et à l’émergence de nouveaux artistes ? Vous en avez à nous recommander ?

Hazard : Il y a toujours des nouveaux pour remplacer les anciens. La D&B comporte tellement de sous-genres qui évoluent tout le temps, c’est ça qui rafraîchit constamment les choses et qui continue de susciter notre intérêt. Mon frère Taser est d’ailleurs en train de revenir avec de nouvelles productions, je vous conseille de surveiller ça du coin de l’oeil !

Hype : Actuellement, je pense que la scène D&B/jungle n’a jamais été aussi large, elle n’a jamais autant étalé ses tentacules. Il y a une énorme scène underground qui s’est créée derrière, à côté des gros shows plus commerciaux – et c’est justement parce que les deux milieux fonctionnent l’un avec l’autre que la scène se porte aussi bien aujourd’hui ! Concernant les nouveaux producteurs, il y en a tellement que j’aurais du mal à vous en conseiller un seul.

Le meilleur pour la fin : Quoi de prévu pour vous ? Quoi de prévu pour Playaz ?

Hazard : Encore plus de B2B et de scènes Playaz à travers le monde, j’espère ! J’aimerais aussi me réorienter vers la production quand je sentirai que c’est le bon moment.

Hype : C’est compliqué, mais j’essaye de prendre le temps de travailler avec Annix sur une collaboration. On avait déjà fait un remix pour MJ Cole l’an passé, et ça faisait très longtemps que je n’étais pas retourné au studio. On a eu de très bon retours mais étant donné que c’était mon premier projet depuis plusieurs années, j’étais surtout très réceptif aux conseils et avis de DJ que j’ai pu croiser à travers le monde. Ça fait chaud au coeur de voir des artistes comme Noisia ou DJ Marky t’encourager et mettre en avant tes productions. J’ai à peu près 5 tracks dans les cartons, que j’espère sortir quand je les aurais terminées. Il faut prendre le temps d’aller au studio, mais j’y travaille.

Et concernant Playaz, on a prévu pas mal de sorties d’ici la fin 2017. On a aussi d’autres projets intéressants qui arrivent en 2018, notamment avec Bass Brothers, Taxman ou une collaboration avec Subzero et DJ Limited – avec des vocals de MC Inja et Spyda. Annix a aussi un projet dans les cartons, avec des remixes de quelques-unes de ses productions par d’autres artistes. En plus de ça, j’ai un label « New Playaz » pour les artistes non-exclusifs. Des sorties arrivent là aussi !

Merci à vous d’avoir répondu aux questions, et à bientôt devant l’un de vos sets !

Pierre Wiart aka Bosco (DrumTaBass) and Valentin Cebo (Grabuge)

hpe & hazard

 

Newsletter Special Dream Nation… by Drumtabass.

image du bas

http://www.aktiv.fr/NL/nl_drumtabass_teaser.htm

Hi33p #8 – Toulouse fuck Knackies One…

hiep

hiep

Free Download Link :
https://www.mediafire.com/…/2fk2026ule7…/Hi33p%20%23%208.mp3

Drumtabass Interview exclusive de Radium / Radium DTB Dream Nation Exclusive Podcast FREE

radium 5

radium 1

Quand on regarde ta discographie, on s’aperçoit qu’il y a une évolution en passe d’une urgence, face à un mal non identifié, pour déboucher sur un affrontement plus direct, plus frontal. Est-ce ta confrontation au réel qui se répercute sur la musique ? Ou bien une dimension dans laquelle tu te projettes au moment de la composition ?

Euh, je suis pas sur de bien comprendre la question… Je dirais que ‘ma confrontation au réel’ et ‘une dimension dans laquelle je me projette’, c’est la même chose vu que je me confronte forcément au réel au travers de ma vision subjective, c’est donc une autre dimension personnelle dans laquelle je me projette…
Sinon, pour ‘l’évolution en passe d’une urgence face à un mal non identifié, pour déboucher sur un affrontement plus direct, plus frontal’, je pense pas à tout ça quand je fais ma musique, mais si c’est ce que ça t’évoque, je suis fier de moi!
Y’a-t-il encore des choses qui te révulsent, au sein de ce milieu ou dans la dimension commerciale dans laquelle se retrouve parfois happé le hardcore ?

Il y a des choses qui me révulsent dans ce milieu, mais elles n’ont rien de différent des choses qui me révulsent partout ailleurs…

On a cru déceler dans certains de tes récents propos au sujet des événements du Teknival, une véhémence par-rapport au monde des tekos et des passionnés qui les fréquentent. N’est-ce pas rejeter un côté de la scène, qui t’a peut être porté dans tes débuts ?

‘Cru déceler’, très bel euphémisme! Je vais me répéter, mais je ne viens pas de la free, que ça soit en tant que fêtard ou en tant qu’artiste… J’ai toujours été très critique vis a vis de cette scène, qui, malgré peut-être une évolution positive sur certains points ces dernières années, reste à mes yeux une scène de pseudo-rebelles qui se justifient d’une philosophie hypocrite à 2 sous pour se complaire dans l’amateurisme et l’irresponsabilité…

 
‘Pseudo-philosophie hypocrite’, parce que, soyons honnêtes, ‘tout est beau, tout est free, tout doit être fait juste pour le kif et pas de profit sinon t’es un vendu’, ça a jamais empêché les free d’être des super-marchés de la drogue, et les dealers d’engranger les profits, et bizarrement, ça n’a jamais dérangé personne… alors quoi, le public free est un public qui est prêt à payer pour de la drogue, mais pas pour de la musique ou un bon système son? moi, dj, j’ai pas envie de faire le job gratuitement pour enrichir des dealers…

 

 
Sans parler de la fréquente irresponsabilité des organisateurs de free, qui montent des évènements pour des milliers de personne sans rien en avoir à faire de leur sécurité, et s’il y a un mort, on dira ‘c’est de sa faute, il avait qu’à faire gaffe’, au nom du soi-disant principe d’auto-gestion, que pas un teuffeur sur 100 000 ne connaît réellement, et qui est juste une grosse hypocrisie pour ne pas faire face à ses responsabilités…

radium 5
Pour ce qui est de ‘m’avoir porté à mes débuts’, j’ai sorti mes premiers disques en 1995, mais jusqu’au début des années 2000, le hardcore était ultra-minoritaire en free-party, au profit de ce qu’on appelle aujourd’hui la hardtek… J’ai tourné essentiellement dans des raves payantes, festivals, etc… et même s’il est vrai que j’ai pu jouer dans des frees et des teknivals dans le passé, ça n’a jamais été une activité régulière…

 
Et quand bien même ce public ait pu me porter, ce n’est pas une raison pour que je valide des principes qui ne sont pas les miens… et quand, encore aujourd’hui, je reçois des messages de gens que je ne connais ni d’eve ni d’adam qui me traitent de ‘sal vendu’ parce que je ‘refuse de faire 800km pour venir jouer gratuitement à la free de leur cousin’, je me dis que je fais bien…

 

 

Tu es souvent cité par les dj’s hollandais et britanniques, pour représenter le côté frenchcore du mouvement. Y’a-t-il certains events qui trouvent tes faveurs et dont tu as envie de parler, dans ces contrées ? 

Oui, en Hollande, il y a un très bon feeling en ce moment autour du frenchcore, de nombreux évènements clubs réguliers tels ‘Frenchcore S’il Vous Plait’, et quasi tous les festivals tels  Dominator, Masters Of Hardcore ou Ground Zero ont maintenant une scène conséquente dédiée au frenchcore…

radium 3

En marge de ces soirées, y’a-t-il certains producteurs que tu affectionnes, des skeuds vers lesquels tu aimes plonger pour préparer un set Made In Radium 2017 ?

Oh, tous les incontournables de la scène frenchcore actuelle, Maissouille, the Sickest Squad, the Mastery, the Speed Freak, Bit Reactors, Psiko, dj Mutante, the Braindrillerz, Progamers, Adrenokrome…

Des chars Audiogenic Records se sont fait une place dans la chamade. Il y aura sûrement un bataillon destiné au hardcore cette année durant le défilé de la Techno Parade, en prélude de la Dream Nation, le 23 septembre. Comment perçois-tu l’évolution de la musique électronique, depuis la Techno Parade de 1998 ?

L’amélioration de la technique a conduit à un son et une musique plus stéréotypés et formatés… Le champ créatif s’est rétréci, mais le résultat est plus abouti…

radium 2

Un comparse nous en sortait des vertes et des pas mûres, sur ce qui se passait parfois, pendant le défilé des hollandais du Queen’s Day. L’année dernière, on croisait de sacrées loustics ou zombies, devant le char d’Ophidian. Tu n’aurais pas une anecdote chaude d’un truc louche, sexy, étrange ou pas banal, auquel tu aurais assisté, du haut des chars d’une Techno Parade ?

Je me souviens avoir bien rigolé avec des potes à prendre en photo tous les flics en civil qu’on grillait autour de notre char…

Le hardcore fait encore et toujours débat, au sein-même de notre équipe. C’est ce qui rend aussi l’évolution de cette scène passionnante. Des combinaisons de style teintent les lignes de bass, les frontières des musiques extrêmes deviennent floues. On adhère à la brutalité de cette mouvance et la force des lives, mais on rugit tout autant face à un set industriel de The Outside Agency ou aux accélérations crossbreed de Limewax ou Panacea. Y’a-t-il des artistes, dans un style et un bpm différents du hardcore et du frenchcore, que tu aimes jouer dans tes mixes?

Pas trop, j’avoue… Parfois peut-être quelques tracks plus hybridées uptempo ou terror en fin de set, mais je m’égare pas trop, en général…

Perso, nous gardons de très bons souvenirs de tes prestations au Bangface ou aux chapiteaux de Dour. J’ai vu que tu as partagé la scène du Dominator en 2017. Que penses-tu de la fougue des shows des events bataves, entre ending explosif et scènes surdimensionnées ? Est-ce un environnement dans lequel tu aimes évoluer en live ?

Comme j’ai répondu plus haut, oui, il y a un très bon feeling en ce moment en Hollande…

On te remercie et laissons nos lecteurs et hardcore heads, avec ton podcast azimuté, concocté pour la Dream Nation :

https://www.mixcloud.com/george-abidbole/podcast-radium-dreamnation-drumtabass-promomix/

image du bas

Vous pourrez y retrouver Radium, Evil Activities, Miss K8, Art Of Fighters, Manu le Malin, Maissouille et Lenny Dee, sur la Hardcore Stage.

Plus d’informations ici : http://www.drumtabass.com/focus-sur-dream-nation-festival/

Stay massive… Junglists, ravers, hardcore heads.

Bosco & El Frences Loco

www.drumtabass.com


Focus sur … Dream Nation Festival.

image du haut

Festival Dream Nation

du 22 au 24 septembre 2017, à Paris

La programmation de la 4ème édition ouvre les portes de la 4ème dimension !

image du haut

 

S’il existe un festival à part, sortant, avec panache, des sentiers battus de l’aire de jeu parisienne c’est bien Dream Nation. Avec une programmation 2017 ambitieuse et éclectique, l’After de la Techno Parade relève une nouvelle fois le défi de réunir toutes les chapelles électroniques autour d’un même rêve éveillé : un festival ouvert, fédérateur, une communion autour des valeurs originelles de la fête !

 

Ils sont devenus rares, ces grands rassemblements dédiés aux cultures électroniques où l’on peut voyager, d’un univers musical à un autre, comme un tour du monde qui vous transporte, au-delà des frontières, à Londres, Berlin, Amsterdam, Tel Aviv mais aussi du côté de Détroit, Rome, Kiev ou San Francisco !

 

Dream Nation est de ceux là : pendant trois jours, et en particulier le samedi 23 septembre aux mythiques Docks de Paris qui accueilleront 4 scènes (Techno, Trance, Bass Music et Hard Beat), Paris deviendra la capitale mondiale des musiques électroniques.

 

En convoquant un subtil melting-pot d’artistes légendaires, tels que Derrick May, père fondateur de la Techno, Lenny Dee, maître à penser du Hardcore Gabber, Andy C, dont la contribution au mouvement Drum’n'bass, est majeure ou encore Juno Reactor, activistes de la Trance Psychédélique depuis plus de 25 ans, DreamNation grave son empreinte sur le Hall of Fame des festivals où il faut avoir joué.

 

Les producteurs et djs les plus actuels ne s’y sont d’ailleurs pas trompés, répondant tous présents au grand rendez-vous parisien de la rentrée ! L’israélien Ace Ventura, l’ukrainienne Miss K8, l’américain Kill The Noise, le britannique Doctor P, le néerlandais Steve Rachmad (également connu sous le pseudo de Sterac), les italiens Art of Fighters, les autrichiens Camo & Krooked ou l’allemand Symphonix, c’est une véritable Dream Team de l’actualité électronique mondiale à laquelle prendront part les Dreamers !

 

Fidèle à ses valeurs, Dream Nation accordera une large place aux légendes hexagonales (Emmanuel Top, Manu Le Malin, Elisa Do Brasil, Radium, Electric Rescue…) ainsi qu’aux jeunes révélations européennes et internationales, à découvrir d’urgence (Berg, Lucy, Azax, Eptic…).

 

Du 22 au 24 septembre prochain, la capitale se prépare donc à embarquer les dreamers à bord d’une véritable odyssée électronique, entre quais de Seine, warehouse aux décors magistraux et After les pieds dans le sable, avec un line-up d’exception, véritable porte ouverte vers la 4ème dimension !

 

22 Septembre – Before Dream Nation @ Le Petit Bain (00h/06h)

 

E-clip – Talamasca – Drenan – Raf Fender

 

23 Septembre – Dream Nation @ Docks de Paris (20h/06h)

 

TECHNO STAGE :

Derrick May – Steve Rachmad aka Sterac – Lucy – Cleric – Emmanuel Top – Electric Rescue

 

BASS MUSIC STAGE :

Andy C – Doctor P w/ Krafty Mc – Kill The Noise – Camo & Krooked – Eptic – Must Die! – Megalodon – Elisa Do Brasil Meets Dj Fly – Dj Absurd

 

TRANCE STAGE :

Ace Ventura – Berg – Gms – Juno Reactor – Azax – Symphonix – Sensifeel

 

HARD STAGE :

Miss K8 – Evil Activities – Art Of Fighters – Manu Le Malin – Lenny Dee – Radium – Maissouille – Darktek – Floxytek

 

24 Septembre – After Dream Nation @ La Plage de Glazart (7h/22h)

 

Jeroen Search – Regal – 14anger – Hemka – Ospiel – Scry – Kairos – Fred Hush

image du bas

———– BILLETTERIE ——————-

Prévente disponible sur ce lien : http://bit.ly/DreamNation-Tickets

 

———–INFOS PRATIQUES ———–

Plus d’infos sur Facebook : http://bit.ly/DreamNation-Festival

Ou sur le site Dream Nation : http://www.dreamnation.fr

QAL #17 – Teaser Mix – Cooked By Hi33p

QAL2

… Avant de passer au repas, AU LUNCH comme on dit !

Ici plus maturé dans du reggae, dubstep, sauce grimy avec un poil de drum’n'bass pour épicer le tout. Rendez-vous au Quesne au Leu 2017 ! –> http://www.drumtabass.com/events/quesne-au-leu-2017-soundsystem-culture/

QAL2

QAL #17 – Teaser Mix – Cooked By Hi33p

Free Download Link :
http://www.mediafire.com/file/l3y1gb6…

https://www.facebook.com/HI33DJ/?fref=ts
www.drumtabass.com

Hi33p

Hi33P #7 Podcast

Hiep 7

Hiep 7

Hi33p#7

Une virée entre neurofunk, crossbreed, jump up, à déguster pleine face et savourer sans modération, entre deux tapas.

Free Download Link :
http://www.mediafire.com/…/vo96rkzse…/Hi33p%237-33.08.17.mp3

HI33P :: Drumtabass ::.
DrumTaBass
www.drumtabass.com

Hi33p#7-Tracklist :

Alix Perez & Ivy Lab – Arkestra
Aprés – Chicago (Technimatic Remix)
Resistance - Pathfinder
Total Science & Nymfo – Forward Motion
Mefjus – Expedition (InsideInfo Remix)
Emperor – Show Them
Loadstar – Link To The Past
Fresh & Sigma – Cylon
Break – Submerged (Calyx & Teebee remix)
Black Sun Empire – Chaingang
Drumsound & Bassline Smith – Vigilante
IllSkillz & Fourward – Gangsters
Dj SS – We Came To Entertain (Sub Zero Remix)
Zen – Beat Em Up (Tantrum Desire Remix)
Signs – Obsession
Loadstar – Switch
Calyx – Killa (Dom And Roland Remix)
Hyperload - Engage
The Panacea – Uberbomb
GEIN – Telepathy (Current Value RMX)
L 33 – Rei
Prolix – Sycophant
Agressor Bunx – Crusader
Bad Company Uk – Equilibrium
Phace – Cold Champagne
The Streets vs High Contrast – It’s Come To This
Break – Martyr (ft.Spectrasoul)
Hybrid Minds Feat. Riya – So Far
Bcee – Our Time

Hi33p

Focus sur … Art Of Fighters @ Dream Nation / Hardcore Stage – 23 septembre

aof

Les stridents et détonants vengeurs gangsta italiens Art Of Fighters seront également de la partie ! On les avait vu faire jumper les fans de slash hardcore lors de la Raving Nightmare à Rotterdam. Leur show blindé d’anthems comme « Fuck you » ou « Revenge »  avait explosé le dancefloor de la Harmony Of Hardcore, ce sont les chefs de file de la squadra Traxtorm Records et ils vont vous en envoyer plein la gueule. Un trio masqué d’énervés, qui va te rappeler ce qu’un set hardcore tranchant, incisif et aigu veut dire ! Be there …

aof

 

Art Of Fighters est un groupe mythique de la scène techno hardcore et gabber. Il a démarré il y a tout juste vingt ans, en 1997. Le trio italien, originaire de Brescia, a signé des morceaux phares comme « Artwork » ou « Earthquake ». Sur scène, les membres de la formation se produisent avec leurs visages cachés par des masques de hockeys. Les mêmes masques que celui porté par Jason dans les films « Vendredi 13 ». Art Of Fighters, désormais en duo, a joué dans les plus grands événements hardcore et gabber dans le monde et a même composé en 2011 l’hymne du festival Dominator (« Nirvana Of Noise ») et celui du festival Thunderdome (« Toxic Hotel »).

https://www.facebook.com/artoffighters/

Teaser exclusif : Dream Nation 2017 – 23 septembre

dream nation

On attaque la dernière ligne droite. Après les artistes drum’n'bass, Drumtabass te fera découvrir au travers de quelques focus, les principales têtes d’affiches, que nous attendons spécialement, à la Dream Nation, sur la Hardcore Stage.

En attendant, un teaser tout beau tout chaud, pour te rappeler, que ce sera THE place to be, le 23 juillet, dans les Docks De Paris.

Furieux, bassheads, Technoface et junglists…

C’est par ici —->

https://www.youtube.com/watch?v=C2HKJB8HpuE&feature=youtu.be

Focus sur… Camo & Krooked (Dream Nation / Bass Music Stage / 23 septembre)

camokrooked

camokrooked

On les avait vus au Club Soda de Courtrai, quand leur notoriété commençait à poindre le bout de son nez, avec notamment le morceau « Climax ». Aujourd’hui ils sont au top de leur style suave et mélodieux, écoutez par exemple « Ember » ! Ils seront sur la Bass Stage Music, aux côtés d’Andy C, Elisa Do Brasil, Absurd ou encore Doctor P.

 

Le duo autrichien Reinhard Rietsch et Markus Wagner, alias Camo & Krooked, est apparu au milieu des années 2000. Ces spécialistes de la drum n’bass sont rapidement encensés et adoubés par la scène anglaise, berceau du genre. Ils signent trois albums sur Hospital Records, le label de London Elektricity, dont le premier Cross The Line, a eu un succès considérable. Camo & Krooked remporte alors trois prix aux Drum & Bass Arena Awards en 2011 (meilleur album, meilleur producteur, meilleur vidéo pour le morceau « Breezeblock »). Le duo a reçu également des distinctions en 2010 (meilleurs nouveaux DJ) et 2014 (meilleur live), ce qui démontre son envie de proposer des performances scéniques toujours fortes en émotions. Camo & Krooked vient tout juste de publier un nouvel album, Mosaik, sur RAM Records, le label anglais d’Andy C.

https://www.facebook.com/CamoKrooked/

 

L’album Cross The Line a révélé en 2010 le duo autrichien Camo & Krooked, le propulsant dans l’arène de la drum n’bass mondiale. Adoubé par l’Angleterre, le groupe a signé trois albums sur Hospital Records, le label de London Elektricity, et vient tout juste de sortir son nouvel album, Mosaik, sur RAM Records, le label d’Andy C. Le single fédérateur « Like I Do », chanté par James Hersey, a précédé ce long-format, remettant dans l’actualité un groupe qui propose toujours des performances scéniques fortes en émotions. Dans les nombreuses distinctions qu’ils ont reçues aux Drum & Bass Arena Awards, Camo & Krooked ont été plébiscité aussi bien en DJ (meilleurs nouveaux DJ en 2010) qu’en live (meilleur live en 2014).
https://www.facebook.com/CamoKrooked/