Category: Le coin musique

DTB Flavour #11 – Podcast – Static Structures

static structures logo 1

En marge de ses réponses à notre interview, que tu peux trouver ici :

http://www.drumtabass.com/dtb-flavour-11-static-structures-ecosse/

Static Structures nous livrait un mix acid rave du meilleur effet !

https://www.mixcloud.com/DrumTaBass/dtb-flavour-11-static-structures/

Listen dat ! 

 

static structures logo 1

DTB Flavour # 11 – Static Structures (Ecosse)

DTB Flavour #11 Static Structures

DTB Flavour #11 Static Structures

Lien vers le podcast : https://www.mixcloud.com/DrumTaBass/dtb-flavour-11-static-structures/

Static Structures was born in the top hat of the United Kingdom; Scotland. in the mid 90′s that he first got into the early Hip Hop, Hardcore and Jungle scenes of Glasgow. He has been Djing throughout the UK in the early 2000′s before he took residence in Brisbane, Oz in 2008. Freshly arrived from the nice weather of the UK, these bass heavy broken beats that were in his blood adapt to the burning sun of Australia and he continued to DJ up and down the East coast of the continent.

He released his first EP ‘Strux Dux’ in 2016, follow up the album ‘Infra Strux’ was released on the Jon Kennedy Federation label in 2017. His EP’s and album continue to receive airplay around the globe gaining support from the likes of Doc Scott, Om Unit, Ray Keith, Skeptical, Benji B, DJ Krust and many more. Since then, Static Structures has been honing his live show, supporting Dub Phizix, Chunky, Digital, Nomine, The Freestylers and House Shoes on their Australian tours.

The Drumtabass team met the animal when he was performing on the Beach stage at Outlook Festival 2018 and we stayed in relationBassship with Darren.

The crazy Duck accepted our invitation to answer some Drumtabass questions and dug into his record boxes to cook up a unique mix…

Hi Darren, for our northern followers that may have never heard of you, could you introduce yourself and tell us more about your relationship with the Jungle scene ?

Hello, My name is Static Structures and I Produce and DJ Jungle and DnB and anything dirty with a break beat. I grew up in Glasgow so the jungle scene wasn’t very big there in the early to mid 90s. I was introduced to jungle through traveling raves such as Fantazia, Dream Scape and the Rezerection, which used to come through town every now and then. And tape packs from raves that were getting passed around at the time. I was a bit young but looked older so got away with sneaking in to gigs undetected.

staticstructures3

You delivered us a very special mix that proves your skills as a Producer and DJ. You told me that you have a couple of releases on the horizon. Can you take us through your future productions? Ep? Album?

I have 2 new EPS coming out very soon. One at the end of March and the other at the end of April. Both 4 trackers for the local Brisbane label Drty Shdws Prjkt. There’s a lot planned for 2020 so keep an ear out for releases on a few other labels through the year. I was going to put a couple of the new tunes in the mix but I had too many other excellent records from other people that I wanted to put on there so you can pick the up soon.

If you have to choose ONE music that leds you to these broken beats?

I’m going to say old funk and soul music. My Dad was an old soul head from the Gorbals in Glasgow so I grew up listening to excellent soul music then my big Sister was into Breakdancing in the 80’s so I used to pinch all of her crews records and eventually got the Electro Street Sounds compilations. Sorry that’s more than 1. If I had to choose 1 tune or piece of work from a genre back in the day that really influenced my pathway in music it would be the Prodigy Experience album released in 1992.

We know there is only one vibe running in your veins: Underground Bass Music. But what freaky songs are in your headphones?

Yes, I may lean towards producing bassy broken beats but I listen to a weird and wonderful eclectic range of music. As mentioned before, I love old soul music but hunting for samples lead me into territories from Experimental Dub, Old Prog Rock, Library Sounds and World Music from the 70’s and 80’s. Check out Elias Rahbani – Dance of Maria. One of my all time favourites!

Thames or Byron Bay?

Thames in my 20’s and Byron in my 30’s. I had a lot of wild times when I lived in London and Surrey which were perfect antics to get up to in my 20’s. I got married to an Aussie girl and moved to sunnier climbs, had 2 kids and now settled in Brisbane with frequent visits to Byron Bay so this life style suites me perfectly now. Time to produce in my studio and play music I love in the sunshine.

static structures logo 1

All your music is illustrated with Duck pictures. Do you consider your music mind as Static Duck or Structures Duck?

Static Duck if I’m feeling experimental and Structures Duck when I’m trying to nail some precision Break Beat chops and get them sounding tight and phat ha ha ha. The Duck came from a rave in Australia. It was a drunken misunderstanding that turned into my trademark. The rubber duck always reminded me of the acid smiley face and I liked that.

static structures logo 2

Did you ever regret leaving the mother continent of the music that gives you goose bumps?

I feel that there have been clearly defined chapters in my life that all happened at the right time. I moved around a bit when I was growing up so there was never one move that I regret. I lived in Glasgow until 1995. Glasgow was generally influenced by Detroit or Chicago style House and Techno back then. I took influences from all that music too. I spent some years in South Africa in the mid to late 90’s where there was a cool underground Jungle scene in Johannesburg. Then moved back to the UK and spent some time in the Midlands before moving to London then Australia in 2008. All of these moves have had an impact on my musical taste and production and I’m glad I had the opportunity to live in all of those places and take influences from the local scene and great mates along the way.

Can you tell us what artist, track or albums have blown your ears in the past year?

I think Coco Bryce, Dead Mans Chest, and their respective labels have been pumping out quality Jungle and Rave music of recent times. I have also been loving Rupture, AKO Beats, Green Bay Wax, Sneaker Social Club and, of course, Reinforced Records still holding it down in 2020.

Any good suggestions for our readers that live or plan to go to Oz? Clubs to recommend, Artists to follow?

I guess this is a good chance to big up all my mates in the scene throughout Australia. Go check out some Brisbane based labels such as Dub Temple Records, Weird Dance Music and Drty Shdws Prjkt. All quality local labels pumping out great bass music for years. Shout out to Dank Moras for bringing the experimental bass scene to Brisbane since the mid 2000’s. DJ Lame and Nam Shub bringing the goods on 4ZZZ’s Electric Crush radio show in Brisbane every Friday night. Lots of other excellent stuff happening in Melbourne from Bevin Campbells radio show – The Blend on PBS FM and the Operatives touring the best underground acts from around the world for donkeys years. And of course the Monday night bass and dub weekly in Byron Bay with the 420 Sound Crew. Big up Baptiste and Moonshine records also. P.E.A.C.E. 

Thanks for playing the DTB Flavour game, Keep the Duck Alive!

Drumtabass Crew

DTB COLLECTOR

LOGO-DTB-FACEBOOK-PROFIL03

DTB Flavour #10 – DJ Hughes (Unlike Sessions)

DTB Flavour 10 Hughes

DTB Flavour 10 Hughes

Le mix :   https://www.mixcloud.com/DrumTaBass/dtb-flavour-10-hughes/

Pour les 20 ans du crew de diggers junglists, nous avons décidé de donner carte blanche à un oiseau de nuit magnanime, Hughes, expatrié du crew Unlike Sessions. Unlike, c’est qui ? C’est quoi?

Simplement ceux qui ont contribué à mettre le dubstep, la jungle, le grime et le garage de bon goût, sur la carte des soirées lilloises, à une époque où tu prenais tes claques et ton éducation dans les soirées Drum’n'Grass, Stamina, Unity, 1Step4Ward, R9, Hard Bass Dealers ou Improbable.

unlike sessions 2

Salut Hughes ! Pour ceux qui te connaissent moins, peux-tu rapidement te présenter et nous introduire aux gangsters du posse Unlike Sessions ?

Salut, j’ai 43 ans et Je suis tout avant un fêtard (ou j’ai été. Je fais un travail sur moi en ce moment par rapport à ça! ^^). Un gars qui a trippé dans de multiples soirées, festivals, clubs, concerts, raves : appelez les comme vous voulez!

Sur de la techno ou devant Iggy Pop, sur Fatboy Slim ou Channel One, Garnier ou Sleaford Mods ou The Special, David Bowie, The Charlatans ou Roni Size… Bref, je n’ai sans doute pas festoyé devant tous les genres musicaux de la planète mais pas mal quand même. Et surtout, j’en suis assez fier, dans des milieux/endroits différents.

Il n’y a pas si longtemps que cela un clubber ne mettait pas les pieds en festival : trop sale. Et un adepte de la free dans un festoche : trop mainstream. Chaque délire avait son carnet de route et fallait pas le transgresser… A vingt piges, je me pointais en chemisette et gel dans les cheveux au petit matin, après une nuit de clubbing en free party… Je sentais bien que je n’étais pas dans le moule, c’était très drôle.

J’ai eu un créneau sur une radio qui ne diffusait que de l’électronique. A l’époque c’était novateur. 1999: Unlike Sessions était né. De là, des rencontres chez le disquaire « Stamina » ou en soirée dans les vieilles caves lilloises. Voilà comment tu montes une équipe au fil des années.

Dreadless en premier (à l’origine de DTB, vous savez). En plus de sa qualité de DJ, il a mis en ligne les podcasts de l’émission sur le net, en l’occurence sur les forums GetDarker et Barefiles. Là où il y avait toutes les émissions Rinse. Il n’y en avait pas des masses à l’époque. Et je crois même qu’on était les seul Français.

Ensuite Sch’pr « Le Puriste ». En plus de mixer, il nous a bien aidé, en pondant pas mal de flyers.

unlike 4

Jaka « Le Junglist » qui a été le moteur ces dernières années niveau radio et sur les soirées.

 P Boy « Le fougueux » toujours là aux grands rendez-vous et toujours prêt à venir me chercher aux urgences (private joke).

 Hom « Le technicien » qui nous a rejoint sur le tard mais qui est un Old Timer Lillois, grave enthousiaste, un bon soutien!

 Kurtz qui a fait une saison ou deux avec du Footwork au moment où il le fallait. Il est à l’origine, avec Jaka, de la soirée avec Moresound.

On a régulièrement Jeet Kune aussi qui passe avec sa Jungle, pareil un vieux de la vieille. A l’origine de l’émission Jungle Pressure avec Natty ho et Tshang et aussi un des premiers activistes avec multiples soirées, dont celles au Rock line (pour ceux qui savent).

Et enfin Insolent de chez Bastardz, fraîchement arrivé en renfort, parce que woué, faut faire descendre la moyenne d’âge de la team. Il a de belles valeurs, en plus d’être doué. Et ça nous rapproche des forts actifs sur Lille. ça le fait!

 Voilà on me demande de parler de Unlike Sessions, Bah sans tous ces gars, ca n’existerait pas. Je me repose sur chacun d’eux et ça a permis d’arriver à 20 ans d’existence.

unlike sessions 1

Tu navigues dans tes sélections, dans un univers volontairement éclectique et poussé. Quelques souvenirs en tête, je pense à un uppercut grime japonais (Dekishi/ Katapan) en frontlive au Quesne Au Leu, qui débarquait de nulle part dans une grosse montée. Tes mixs sont souvent habités et partent en fièvre.

Eclectique, mouais… Je reste quand même dans un genre UK assez proche. J’aimerais être encore plus large. Mais je vois ce que tu veux dire. Jouer que des tunes Dubstep à la suite ou Grime ca m’ennuie d’une force. J’aime bien faire des vagues. Par exemple, on rentre dans le trip Dubstep et d’un coup ça switch sur un 4×4 garage pour se lâcher un peu et un grime pour le coté hip hop rude boy! En gros : faire rentrer le public dans une vibe et le sortir de là avant qu’il (ou que je) s’ (m’)ennuie. Putain les DJ qui jouent le même style pendant une heure en 2019… Waouh c’est pauvre et tellement facile !

Des moment marquants : au Beurss’ à Bruxelles, salle de malade où j’ai vu quelques mois auparavant Skream et Plastician (aujourd’hui Plasticman) à leurs débuts. Je me retrouve devant le public; je déroule… Je balance genre un Grime’n'B, un genre de Grime avec une nana qui chante. Je pensais calmer la salle, genre c’est les slows là, bah mon cul! Pull Up et tu recommences.

 Quand je mixe, je joue ma vie, c’est comme si je tirais ma révérence à chaque fois. Je cherche à mettre une claque sur chaque enchaînement. De fait, c’est à double tranchant. Premièrement t’es rarement satisfait de toi même. Même si on te complimente, intérieurement tu sais qu’il y a des combos que tu aurais pu mettre plus haut. Au fil du temps, c’est devenu un peu quitte ou double, soit ça passe soit ça casse.

hughes

A côté de ça, Unlike a aussi booké El B, qui est de la came de connaisseurs. Il y a-t-il une volonté chez toi de sortir certains artistes de la niche underground, en les mettant sur le devant de la scène? Ou au contraire est-ce un malin plaisir de les proposer à un cercle d’initiés?

Oui il y a un peu l’idée de ne pas sortir le ou les gars que tu vois partout. On espère avoir un peu d’avance sur la découverte d’artistes même si avec Internet, aujourd’hui c’est moins facile.

Mais ce genre de dates marquantes sont plutôt dues à des circonstances. Pour El B, il venait de sortir un mix sur GetDarker, qui nous avait bien plu. Et je l’avais rencontré à Bruxelles quelques mois auparavant, on avait échangé nos mails.

unlike sessions 3

Tu es un routard des soirées belges, tu postais dans le temps, même sous un avatar E17, dont la référence est explicite. Quelle est ton opinion sur la scène belge actuelle ?  Je crois que les festivals, les one-shot à Dour, sont toujours un délire qui t’a branché et te font toujours raver. Tes petits chouchous ? Ceux qui te font tiquer et pourquoi?

Pas facile cette question… Je ne bouge quasi plus mon cul, peur de m’ennuyer et vie de famille combinée, explique cela.Je ne suis plus assez dedans pour répondre. Juste parce que c’est à côté de Lille et que j’y fais un tour (quand même). Le fait que Live Nation ait repris Dour m’inquiète un peu sur les futures programations. En mm temps, ça fait un bail que les punks ont déserté ce festival (il n’ont pas attendu!).

Tu aimes représenter des artistes d’univers moins afférents à la bass music. Dans la rédaction, on kiffe aussi les Sleaford Mods, pour ne citer qu’eux. De quels artistes as-tu acheté les vinyls récemment?

Le dernier vinyl que j’ai acheté c’est le dernier de Wild Belle. J’ai du importé des US. Une sorte de groupe pop qui sonne Ska, Dub, festif et facile. ça me change de la vibe dark que je peux avoir tendance à jouer.

wildbelle

Par qui jures-tu, même en temps de crise, hors bass zone ?

Joy division, Eminem, Philipe Katerine, Foals, The Stones Roses, Bratmobile et plein d’autres trucs.

Parle nous un peu de ton mix !

J’ai voulu caler quelques vieilleries Drum’n bass et au final ça a donné un one Shot 100% DnB vinyls. Pour le reste, Allez checker ma dernière émission Unlike Sessions de l’année, celle du 20 décembre 2019. Vous y trouverez pas mal de styles. ça me correspond bien.

Quels sont les projets à venir pour Unlike Sessions, en 2020 ? Un hymne ultra pour l’Euro de football ?

Rien ^^. 10 ans de plus peut être (NDLR : WORD!) . On n’a pas vraiment de business plan. On s’en bat les couilles.

hughes 2

En ces temps de prohibition, où les troquets nouent pactes et alliances avec Pelforth ou Grimbergen, tu mènes également une activité parallèle, dans l’univers des craft beers au shop « speakeasy » Bières Des Halles, à Lille, que la rédaction vous conseille. L’abus de bons breuvages alcoolisés est fortement  ̶d̶é̶ conseillé pour la d&b.

Ahaha, oui je bosse dans un shop de Bières dans les halles couvertes de Wazemmes! Bières des Halles: « Tradi ou Craft ». Le point commun de l’époque où j’étais vendeur chez Stamina Records? C’est que les gens s’arrachent les nouveautés avant qu’il n’y en ait plus. J’ai récemment reçu une Dark Ale qui s’appel: » White Label ». Tout est dit.

bdh 2

white label

Merci grandement à toi pour cette petite discussion. On te retrouvera avec le crew, à la Inner Suburbs Pressure au Musical, à Lille Fives, le 11 janvier, pour une soirée ghettorumble, dans la banlieue de Lille (pour faire plaisir à Hom)!

Drumtabass Crew.

unlike sessions musical

DTB Flavour #9 : Elisa Do Brasil

_DTB Flavour #9 Elisa Do Brasil

Elisa, bonjour, Drumtabass étant une association présente depuis 2002 , inutile de te dire que c’est un plaisir que tu aies accepté de jouer le jeu, pour cette DTB Flavour #9.

Bonsoir! Tu veux dire que vous êtes presque aussi vieux que moi? Enfin, certains d’entre vous? Tu sais le jeu … Le risque , le jeu … On va tous devenir des champions à force :)

Blague à part (parce que je sens qu’il va y avoir beaucoup de private jokes), je suis super contente de faire cette soirée avec vous, d’autant plus que je ne suis pas venue à Lille depuis une éternité … Et à force vous êtes un peu devenus ma petite famille du nord. Vous êtes un peu devenus mes compagnons de vie, de festival , vous m’avez redonné confiance en moi et redonné le goût de la fête et de la musique. C’est précieux. 

A-t-on vraiment besoin de te présenter au public Dnb Français ?

Bah écoute, oui! J’ai vu passer un grand nombre de « générations » de junglists et si je suis « connue » d’un public assez large, les jeunes me découvrent petit à petit, avec , souvent des a priori, plus ou moins justifiés. 

Surtout à Paris que j’ai un peu mis de côté à une certaine période parce que je ne m’y sentais pas à l’aise et je n’étais pas forcément en accord. Depuis quelques temps les choses ont changé ici, je me sens proche du public, j’ai des super retours et je rencontre les jeunes, échange, c’est génial. 

_DTB Flavour #9 Elisa Do Brasil

Tu as démocratisé le beat dnb dans l’Hexagone. 4 albums, des dates partout en Europe, une résidence qui résonne particulièrement dans les plus gros festivals Francais : le magnifique Astropolis, que tu affectionnes tant. Un Crew Forever, une famille même. Le tout ponctué d’une technique hors-pair derrières les decks. Dark mais avec le sourire.

Mon but a toujours été de démocratiser la musique que j’aime. Si on s’y prend bien on peut la faire comprendre à tout le monde. Donc je suis allée jouer dans tous types de lieux et festivals. 

Pour les albums, il y en a eu deux, et deux cd mixés, à lépoque il fallait demander des droits, pas de youtube ou de soundcloud pour écouter des mixs, ça a donc bien aidé .

Astropolis, une histoire d’amour depuis 20 ans, mon rendez-vous tant attendu de l’année. 

Quant à Forever, oui bien sûr, une grosse équipe , un long travail pour défendre notre vision de la drum. 

Le sourire … Bah oui quand tu fais ce que tu aimes ;)

Photo Elisa

Tout le monde ne le sait pas, mais tu as commencé « techno » dans le sens brut du terme, à squatter chez les Heretik, puis intégrer les Troubles Fête. Ce mouvement ne te manque-t-il pas ?

Ce mouvement me manque, bien sûr ,j’ai grandi en teuf, on attendait l’infoline la boule au ventre, les convois , les galères pour trouver la teuf, parfois à l’oreille, pas de gps à l’époque.C’est une famille, ma famille. Ce n’était pas toujours facile à l’époque j’étais très jeune mais on a vécu des trucs incroyables, dansé dans des lieus fous. Un espace de liberté. Des gens qui se mettent en quatre pour offrir une nuit de bonheur, des sound system de taré. Certains fabriquent des décors incroyables juste pour une nuit , à la main, loin des écrans de leds sans âme qu’on voit dans certains gros évènements. 

Les petits matins sous la couette au fond d’un camion avec les copines. Les tekos en camion du 1er mai en passant par Gruissant, la tcheck et la Hollande…. 

J’ai coupé pendant quelques années quand j’ai commencé à tourner par ce que je ne m’y retrouvais plus , que je galérais pour mixer au sein même de nos teufs, et je ne trouvais pas ma place, surtout avec la musique que j’avais choisie.

 J’y suis retournée il y a quelques années, j’en avais marre de ce qu’on essayait de « faire de moi », du système de l’industrie de la musique . Je ne prenais plus de plaisir aux platines et j’étais perdue musicalement. J’ai été acceillie à bras ouverts par les Ornorm, les Mst, les Kraken . J’ai retrouvé ma flamme grâce à eux. Mixer au petit matin en teuf est devenu un kif. Beaucoup de copains avec le sourire et la liberté de partir dans un voyage musical qu’on ne nous autorise pas vraiment ailleurs. C’est important de se souvenir d’où on vient et d’y revenir.

J’ai fait des bornes en voiture pour aller rejoindre les copains après mes dates. Mais je fatigue un peu , physiquement parlant. 

On dit souvent que les albums d’un artiste reflètent son évolution musicale. Qu’en penses-tu ?

Bah oui c’est un peu le principe… Un album c’est une histoire, ton histoire. C’est pour ça que c’est si difficile à faire, surtout quand on est en perpétuelle évolution . Je pourrais t’en parler pendant des heures … 

Sinon, à chaud, plutôt Paris ou Maubeuge ?

J’ai beaucoup de mal à garder mon sérieux là …     Bavay ? 

Sinon, Biarritz au printemps, Seignosse en été, Toulouse en automne, Paris la plupart du temps .

Tu vas et viens, comme la queue du chien, parmi events variés et festivals hétéroclites. Beaucoup de dates, de souvenirs… En aurais-tu un marquant à nous partager ?

Difficile de choisir, la nouvelle Calédonie, Mayotte, Outlook, Astropolis bien sûr, mon premier Rex, Dour, Sao Paulo … 

Fin 2019 arrive a grand pas, comment penses-tu débuter 2020 ? Des projets ?

Je ne vais pas te dire que je bosse sur un nouvel album, je dis ça depuis 10 ans. J’ai des idées de soirées , de lieux. Niveau studio, j’essaye de trouver le temps entre les dates, le yoga et les enfants mais ce n’est pas facile. Alors l’idée est de continuer à bosser, de progresser et de réussir, un jour, à sortir quelque chose qui me ressemble vraiment … 

On a souvent besoin de récupérer, entre deux sessions lives ou dans les bookings de tournée. Quel est ton plat préféré, en mode road-bus  ?

Pas facile de se nourrir en tournée … Spiruline, gingembre, tofu … Un ban mi ou une soupe pho , sans viande, of course … 

Ou une margarita , easy …. 

De Massive à Forever : deux époques, deux générations, toujours un même engouement. Comment décrirais-tu cette passion « 175 bpm » ?

Ce sont deux époques, des visions différentes de la musique .Massive était un rdv mensuel gratuit. On voulait démocratiser la drum, la faire découvrir à d’autres publics. On pouvait faire mixer les dj de toute la france, trouver des jeunes talents, se faire des kiffs en invitant des producteurs. J’étais plus jeune, moins consciente de certaines choses. Déjà à fond et super passionnée. 

Avec Forever ça n’a pas toujours été facile.On a fait un pacte, Laurent et moi ( Youthman), se donner la main pour quelque chose de plus grand que nous, en mettant de côté nos egos.Reconstruire ce qu’on avait commencé avec Massive. 

 Il a fallu monter une équipe, réapprendre à organiser, faire des choix musicaux engagés, sortir de ce qui se faisait à Paris, se faire un nouveau public. Le crew s’est monté petit à petit et nous avons façonné ensemble notre identité musicale, quitte à y laisser des plumes. Chacun a apporté sa touche, sa culture bass. 

On a moins de dates qu’à l’époque de Massive, impossible d’avoir des week-ends au Rex et plus l’énergie pour faire des mercredis.  On met tous beaucoup d’énergie dedans. On marche au coup de coeur. On va danser, écouter. On ne va pas chercher ce qui pourrait remplir ou marcher. Ce n’est pas notre but. On veut faire partager ce qui nous a touché à un moment ou un autre. On ne fait pas de marketing, on ne sort pas d’école de commerce. On n’a pas envie de devenir une boîte de prod . Et si c’était le cas nombreux d’entre nous iraient à l’encontre de leurs principes. Notre ligne directrice reste la même , nos choix artistiques guidés par nos découvertes. Défendre un mouvement, le porter. 

Ça ne veut pas dire qu’on ne veut pas grandir ou évoluer, juste qu’on ne veut pas de certains modèles. 

On est nombreux, d’âges très différents , c’est une force et parfois des problèmes. Mais au fond je crois qu’on est très soudés . Au bout de 6 ans chacun a trouvé sa place et chacun d’entre nous a la chance de pouvoir s’exprimer musicalement. Et je crois qu’on a réussi à changer un peu le visage de la drum à Paris , en tous cas on a réussi à proposer autre chose que ce qui se faisait. C’est notre plus grande victoire. 

Donc pour répondre à ta question, ce qui reste d’une époque à l’autre est l’énergie, la passion. Des projets auxquels je consacre presque tout mon temps.

Beaucoup de sorties cette année, parmi elles, quelle est ta track favorite de l’année 2019 ?

Tarantula remixé par Benny L … Oups on avait dit qu’on serait sérieux … 

Donc : Fracture , Give me love Feat Fox, le nouvel hymne Forever :) (ndlr: Que vous pouvez écouter ici  https://www.youtube.com/watch?v=2rdDVTkBL-U ) !

focus elisa

On l’a annoncé chez DTB, tu passes le 7 décembre, à la DrumTaBass Invites à la Gare Saint Sauveur à Lille , pour un mix exclusif de 2h. Dix ans après, as-tu hâte de (dé)fouler nos terres nordistes et les skankers lillois ?

Comme je vous l’ai dit tout à l’heure j’ai hâte de venir. J’ai énormément de souvenirs à Lille, la Fiesta Latina, les Maisons Folie, les soirées avec Rom1 et Keutch … C’est long 10 ans il était temps :)

DTB invites

Un grand merci à toi de nous avoir accordé du temps pour cette petite interview. On est impatient de fêter avec toi tes 20 ans de carrière début décembre. 

Merci à vous :)

Une petite question pour DTB …. 

SEMI AUTOMATIC ? 

 

Allez bisous les copains <3

Musicalement

Guestmix DTB Flavour #8 – Huggy Beer (Lille)

DBT Flavour #8 Huggy Beer

https://www.mixcloud.com/DrumTaBass/dtb-flavour-8-huggy-beer/

DBT Flavour #8 Huggy Beer

LOGO-DTB-FACEBOOK-PROFIL04

DTB Flavour #8 – Huggy Beer

DBT Flavour #8 Huggy Beer

DBT Flavour #8 Huggy Beer

Figure incontournable de la scène musicale lilloise Huggy Beer nous a concocté un mix…. https://www.mixcloud.com/DrumTaBass/dtb-flavour-8-huggy-beer/    et a répondu à nos questions.

Salut Reynald! Quand on mentionne Huggy Beer dans une discussion lilloise, il se passe quelque chose dans les yeux des gens. Il y’a ceux qui ne jurent que par ta musique et vont te voir mixer dès qu’il le peuvent, comme si c’était une question vitale (j’en fais partie)et ceux qui ont déjà entendu ce blaze mais sont pas très sûrs de qui il s’agit. Pour ces derniers, tu veux bien nous raconter un peu ton histoire avec la musique ?

Merci pour cet intérêt. J’ai eu l’occasion de me former aux platines début des années 2000 grâce à un pote qui possédait des MK2. Largement influencé par l’émission Jungle Pressure, les soundsytems et le shop Stamina, j’ai commencé à collectionner et mixer de la jungle/d’n’b puis du UKG. Parallèlement, j’étais un gros fan des mixs solid steel (ninja tune) que je suivais de manière assidues et qui m’ont donné goût aux mixs éclectiques. Aujourd’hui, je continue sur cette voie là.

Tu as toujours été un grand fidèle de la culture vinyle. Aujourd’hui encore je ne crois pas t’avoir jamais vu mixé sur autre chose, qui n’ait pour ligne de mire un diamant. Tu te souviens du tout premier vinyle que tu as acheté? Et le dernier en date?

Pas si fidèle que cela. J’ai sacrément ralenti ma consommation de vinyl ces 2 dernières années (pour des raisons budgétaires principalement, mais pas que). Mes émissions ZigZag sur Comala Radio sont globalement faites sur support numérique. En ce qui concerne mes apparitions publiques, j’ai essentiellement joué sur vinyl (cela reste l’outil le plus universel et sans galères de compatibilité) et je suis en pleine période de non-transition (je n’alimente plus ma culture vinyl et mon installation numérique n’est pas du tout fiable). Mon dernier disque acheté : Habibi Funk HABIBI 0071 (sorti non récemment). Mon premier : Je n’en ai aucune idée.

Pour moi ce qui te différencie, c’est que tu peux mixer dans n’importe quel style : funk, Hip-Hop, Bass Music ou encore World Music,tu arriveras toujours à nous surprendre avec une pépite, un inédit. C’est quoi le secret « Huggy » ? Quelles sont tes inspirations quand tu prépares un set?

Bonne question. Je n’ai pas vraiment de secrets ni de recettes magiques, mais plusieurs outils et préceptes que j’applique plus ou moins bien : Bien ranger, classer ses disques/morceaux. Essayer d’avoir une sélection cohérente, aérée, équilibrée, de gérer les intensités, de choisir le bon morceau au bon moment. Se laisser porter par ses envies, les dernières découvertes, un thème, un lieu, une ambiance… Pas trop se prendre la tête non plus. Quand je ne suis vraiment pas inspiré, j’y vais morceau par morceau, pour le meilleur pour et pour le pire. Pour le mix DTB, j’ai joué la carte Jungle/D’n’B principalement, en essayant de mélanger différentes époques et vibes.

Ton style est aussi résolument éclectique : beaucoup de choses que l’on entend pas dans les soirées du coin. Il y’a peut-être un crew de soirées, un événement récurrent ou une boîte, que tu peux nous conseiller, pour écouter en live ces sons easylistening ?

Je suis un gros consommateur de mix et de show radio qui me permettent de découvrir pas mal de sons de manière passive. Sur Comala, il y a les copains du SupaGroovalistic (Global groove), Soul Remedy (Soul) et Dirty Taste (Rap, R’n’B). J’écoute aussi régulièrement le Hot Casa Radio Show (World) sur le Mellotron, les émissions de Louise Chen sur NTS (Soul), les incontournables Lefto@Stubru et Worldwide @BBC6, les marathons de Mr Scruff. Si je veux me faire un shoot de UKG/Dubstep/Jungle/D’n‘b, j’écoute les potos d’Unlike Sessions @RCV et One More Tune@Rinse France. Et j’en oublie plein d’autres…

Pour revenir à ce qui nous fait bouncer ici à DrumTaBass, tu peux nous dire la musique, l’artiste ou l’album Bass Music qui est resté scotché au fond de tes oreilles cette année?

Je sèche complètement. Je n’en écoute pas vraiment au quotidien. Je vais rester très « bateau » et citer Assume Form de James Blake (si l’on peux qualifier cela comme de la bass music).

Tu as connu les premiers émois dancefloor de notre asso, dans les années 2000. Quels dj’s continuent de t’impressionner en d&b ? Quelles sont tes valeurs sûres ?

Je n’écoute plus vraiment de mixs Jungle/D’n’B. Je serai donc un piètre conseiller. Vu de loin, j’ai l’impression que des gars comme Doc Scott, Dbridge, Calibre Moresounds,… vieillissent bien et traversent habilement les époques. A confirmer par des junglists à ( ndlr: et de … !)  la page !

Merci Huggy d’avoir répondu présent à l’invitation, On peut te retrouver sur Comalaradio une fois par mois pour ton émission ZIgZAg,

LOGO-DTB-FACEBOOK-PROFIL04

Timetable de la Dream Nation, prépare ton voyage…

Timetable_DN19-carre

La timetable ici :

Timetable_DN19-carre

Mais aussi celle des before et after, pour être complet : 

Timetable_DN19-carre2

Teaser is on … Dream Nation 2019 / 21 septembre 2019 !

Affiche Dream Nation

Affiche Dream Nation

https://www.facebook.com/1438072426449942/posts/2390656694524839/

OK DREAM NATION_BAN ANIMEE_003

 

 

 

Concours ! Cinq places à gagner pour le Star Warz Dispatch Recordings x Flexout Audio (5 octobre, Vooruit, Gand, BE)

star warz line up

STAR WARZ

 

star warz line up

Hello les junglists, DTB te propose de gagner cinq places, pour le prochain Star Warz du 5 octobre !

Au programme, ANT TC1, le jeune et fougueux Black Barrel, le trident Data 3, Arkaik pour les plus férus, mais également Nymfo, QZB, Figures et One 87 parmi les gens qui se bougent dans le Benelux !

Pour jouer, rien de plus simple, envoie ton nom et prénom à pierreboscodrumtabass@gmail.com ou commente le post dédié à ce concours sur la page facebook de Drumtabass.

Take care and be ready…

…Massive

 

 

DTB Flavour #7 – The Bass Society (DJ Absurd x Background)

DTB Flavour #7 - The Bass Society _DJ Absurd x Background_ - Dream Nation Promo Mix 2019

 

61843412_2208123995941180_3218879212970573824_n

En marge de cette interview, junglist, les deux loustics de The Bass Society nous ont préparé un podcast, spécial Dream Nation, que tu peux écouter ici :

https://www.mixcloud.com/DrumTaBass/dtb-flavour-7-the-bass-society-dj-absurd-x-background-dream-nation-promo-mix-2019/

 

 

Hello Absurd, Hello Background ! La pêche ? On vous a déjà croisés sur des places wazemmoises ou à des soirées lilloises. Mais pour ceux qui ne vous connaissent pas du tout, qui se cache derrière cette confrérie UK sounds nommée The Bass Society?

 

Absurd: Nous avons toujours entretenu un certain mystère autour du nombre exact de membres ainsi que sur leur identité. Nous sommes avant tout un crew et nous partageons des valeurs communes qui vont bien au-delà de la musique. D’ailleurs, certains de nos affiliés ne font pas de musique. Et le fait de ne pas communiquer sur un roster permet aussi d’éviter les infiltrations opportunistes de personnes pensant pouvoir utiliser le collectif à des fins de promotion personnelle avant tout. Nous aimons nous définir comme un club de moto où la moto serait remplacée par d’autres centres d intérêts communs.

 

 

 

20621132_1892023264142006_2598226101495273782_n

 

Et donc le fil rouge, le continuum espace/bass de la Society se joue sur la webradio Rinse France? C’est quand et comment se présente l’émission ?

Absurd: Notre émission est tous les dimanches soirs de minuit à deux heures. Nous y jouons la musique que nous aimons et nous essayons d’équilibrer la place que nous faisons aux nouveaux producteurs et artistes avec le fait d’inviter les figures emblématiques de la scène afin d’essayer de fournir le meilleur contenu possible à nos auditeurs.

rinse france

 

Vous avez plusieurs antennes, Paris, Amsterdam, Los Angeles… Comment ça se passe dans des capitales proches comme Amsterdam à l’année ? Vous vous exportez régulièrement pour quelques shows ? Ailleurs également ?

 

Absurd: Nous ne faisions plus d’événements publics depuis quelques années, ni à Amsterdam ni ailleurs, le temps pour nous de repenser un peu comment faire quelque chose qui nous plaise autant qu’au reste de la communauté et qui sorte un peu de ce qui existe deja ou de ce qu’on a pu faire par le passé. Nous reprenons les dances cette année avec notamment une nouvelle résidence au Rex qui débute au mois d’octobre. D’autres événements suivront très certainement à Amsterdam, où notre chapitre mené par Nixus a un panel de multiples possibilités et de choses a faire. Nous essayons de nous inscrire dans une démarche où il nous paraît plus important de prendre notre temps et de se concentrer pour développer notre truc selon nos codes et nos envies en essayant de ne pas tourner en rond.

C’est dans cette optique que Seb, notre soundman en chef, a méticuleusement choisi, fabriqué et fait fabriquer et assemblé chaque pièce de notre sound system jusqu’à la plus petite vis afin de pouvoir bénéficier d’un système de diffusion optimale pour nos genres de musiques lorsque les lieux le permettent. C’est donc plus long à mettre en place en accord avec ces différents paramètres mais cette saison devrait voir naître de chouettes trucs à Paris comme à Amsterdam. D’ailleurs nous profitons de cette occasion pour bigup nos frères Nixus et Hakeem, respectivement près des chapitres d’Amsterdam et de Californie.

logo

On a eu la banane pour vous, en voyant la Dream Nation dévoiler peu à peu les noms de sa programmation 2019, jusqu’à placer le vôtre. Cela fait quoi alors cette reconnaissance à domicile et la perspective de jouer sur un event aussi big, plus mainstream, en bass music ? Il y a-t-il des artistes du crû 2019 que vous conseillez aux massives qui nous lisent?

Background : C‘est vraiment un plaisir, et je pense que c‘est un symptôme de l‘évolution positive de la scène bass music à Paris. On sent vraiment que les choses bougent depuis quelques temps, aussi bien du côté des artistes, projets et soirées qui se multiplient, que de celui du public qui grandit et connecte de plus en plus avec ces sons. C‘est tout le sens de ce que l‘on cherche à faire avec DJ Absurd depuis un an, notamment avec La Dub War, où l‘on cherchait aussi à mettre en commun des artistes au-delà des cloisons de styles ou de collectifs, donc ce set à Dream Nation est une parfaite occasion de venir représenter cette ébullition sur une plus grosse scène.

Absurd: Pour ma part c’est la deuxième fois que je joue à Dream Nation, ce qui a le bénéfice de permettre d’appréhender la date avec moins de trac que lors de la première fois. Le fait que le festival nous ait confié la salle Bass de la closing party est un challenge extrêmement motivant et galvanisant dans la mesure où il nous permet de mettre en avant des styles et des artistes qui pour l’instant restent relativement absents des circuits traditionnels. Je pense qu’on peut dire que le festival prend un risque artistique (et dans une certaine mesure commerciale) en nous programmant sur le main event, sachant que les sous-genres que nous représentons, et notre approche se différencient du reste de l’affiche. Nous les en remercions chaleureusement ! Nous aimerions le voir comme un signe de la fin des frontières imaginaires entre les différents sous-genres qui composent la Bass Music et qui sont pour le moins stériles.

 

En revanche la notion de mainstream me fait tiquer. Je ne pense pas qu’on puisse dire que Dream Nation est un event mainstream, en tant que passionnés on a parfois tendance à oublier que nos musiques favorites restent malgré tout des musiques de niche. L’exemple que j’aime prendre c’est : si tu vas te poster à l’endroit le plus fréquenté de ta ville et que tu commences à demander à chaque passant s’il connaît tel ou tel artiste Bass Music que tu estimes « mainstream », il y a de fortes chances pour que 99% des gens n’aient absolument aucune idée de qui et de quoi tu parles. Le mainstream c’est Beyonce, pas « nous ».

 

Je pense que le set de Black Sun Empire va être un moment particulier pendant le festival car ce sont les seuls artistes 100% DnB du line-up. Je pense aussi que le set de 12th Planet va être un sacré bordel, car il a une énergie incroyable et il a détruit le truc à chaque fois que j ai eu l occasion de le voir jouer.

line up dream nation 2019

D’ailleurs quels sont vos spots préférés de Paris, pour aller taper du pied?

Background : J‘ai plutôt tendance à réfléchir en termes de collectifs et soirées et à les suivre partout où ils vont. Pour répondre en termes de lieux, j‘ai un attachement particulier à l‘International, où l‘on organise les soirées SeekSickSound depuis un an, parce que c‘est un lieu très ouvert musicalement (y compris en dehors des musiques électroniques), notamment à la bass music dans ses diverses formes, ouvert aussi à des initiatives originales et à des programmations éclectiques ou très axées sur la scène locale : c‘est vraiment l‘une des salles où peut se développer la scène bass parisienne en ce moment à mon avis.

Absurd: Mon camarade a parfaitement résumé la situation et c’est effectivement plus une affaire de collectifs et d’events que de lieux à proprement parler. Force et respect à tous les collectifs de l’Hexagone pour le travail acharné et leur dévouement à la communauté.

 

dub war 1

 

Dans une pure tradition junglist, on peut se procurer vos compilations « La Dub War» . Vous pouvez-nous en dire un peu plus sur ce projet ?

Background : A la base, c‘est un projet qui est né sur le groupe Facebook de The Bass Society. Le groupe venait d‘être créé et il a vite réuni un large pan de la scène, notamment de ses producteurs, donc Skwig a proposé de lancer une dubwar c’est à dire un « fight-club » musical dans la pure tradition du soundclash Reggae originel , avec un premier morceau adressé à Jumboclat. On s‘est rapidement retrouvés avec une vingtaine de titres, de manière très spontanée, donc on a décidé de sortir le tout sous la forme de compilation gratuite sur le Bandcamp de TBS. Le premier volume a reçu un bon écho, ce qui nous a permis d‘amplifier les choses pour la seconde compilation, et de faire quelque chose d‘un peu différent pour la troisième qui sortira très prochainement.

dub war 2

 

 

L’héritage de la street culture, des vinyls dealers et des caissons jamaïcains résonne dans votre squad. Background, Absurd, comment avez-vous su que vous aviez trouvé votre vocation ? À quel moment avez vous embrassé la vibe pour ne plus en sortir ?

Background : Question difficile. C‘était plutôt un processus graduel pour moi – j‘étais plutôt ancré dans les scènes expérimentales et noise à la base, avant de me pencher peu à peu sur ces musiques via des labels comme Hyperdub, Planet Mu ou Hessle Audio. L‘envie de les mixer – et d‘en écouter plus – est venue assez vite en écoutant ces sons : je me retrouve pas mal dans l‘idée de créer quelque chose en présentant les morceaux d‘autres artistes, de (re-)connecter des choses qu‘on sépare souvent un peu vite par facilité. Du coup, ce sont des scènes dans lesquelles tu te retrouves vite acteur : tu as envie de jouer les morceaux des amis, de mettre en avant tel ou tel producteur qui t‘a envoyé des morceaux et en qui tu crois vraiment. Ca aide clairement à ne plus en sortir.

Absurd: Mon premier contact avec la Bass Music s’est fait via une personne de mon entourage qui était au coeur du truc à la fin des années 90 en Angleterre et qui nous faisait parvenir des cassettes de mix des radios pirates. Puis lors d’une visite à London peu de temps après, je suis allé à une soirée UK Garage et là ça a été le coup de foudre immédiat : tous les éléments de tout ce que je kiffais étaient réunis tant musicalement que dans l’esprit et dans la Dance elle même. Du coup j’ai commencé à produire ce genre de musique et à le jouer de façon prédominante très vite, à participer à des clashs, sortir des tracks et collaborer avec le plus de monde possible et à m’investir à fond dans cette communauté. La passion n’est à ce jour pas amoindrie du tout, intense comme au premier jour.

Background : Je suis arrivé plusieurs années plus tard, mais j’ai vraiment la même impression, celle de me rendre compte que la bass music regroupait, d’une façon ou d’une autre, tout ce que j’aimais dans d’autres musiques auparavant. Je crois vraiment que c’est effectivement de là que vient la passion pour ces musiques et le fait qu’elle reste la même toutes ces années après.

caisson 2

 

La découverte de la bass music, aujourd’hui, est une connection qui peut se faire plus aisément. Ce n’était pas le cas il y’a encore quelques années. Par curiosité, quel show ou festival vous a complètement plongé à vos débuts, dans le mouvement ?

Background : Comme je disais à l‘instant, c‘étaient plutôt des sorties en réalité – des trucs que j‘écoutais en boucle comme les premiers Ramadanman, FaltyDLou Cosmin TRG. J‘écoutais aussi en permanence Rinse et Sub FM pour suivre ce qui se passait. Après, il y a quand même des moments marquants à l‘époque où j‘habitais encore à Lille – Oddateee qui joue du dubstep avant Dälek en 2009, Starkey au Dour Festival l‘année suivante ou Kode9 à l‘Aéronef en 2012. J‘ai déménagé à Paris cette année là, je me souviens notamment d‘un set de Pearson Sound au Batofar dans les mois qui suivent – il avait calé le classique grime « Feedback » de Jammer en fin de set, un son abrasif et quasi-punk, l‘effet était assez malade.

Absurd: C’est sans hésiter le show dont je te parlais dans ma réponse précédente. Je ne me rappelle plus de tout le lineup ni même de l’endroit avec certitude car je ne connaissais presque rien et que je n’étais pas encore familier avec London, mais c’est DJ Luck et MC Neat qui m’ont mis une claque de bûcheron dont je pense que je ne me remettrai peut-être jamais. Puis la première fois que j ai vu EZ à l’époque, car sa technique de mix était fascinante et se rapprochait par moment des délires de routines Turntablism dans lequel j’étais à fond à ce moment.

 caisson 1

Et au fur à mesure des années, sans trembler du menton, quel est chacun votre artiste fétiche?

Background : Disons Kode9, pour la capacité à tracer des ponts entre les différentes scènes de la bass music et celle à toujours capter les nouveaux sons qui émergent.

 Absurd: Scientist, Lee « Scratch » Perry et King Tubby.

Certains d’entre vous sont producteurs également ? Vous avez peut être une ou deux bombes à venir dans les bacs, à nous présenter ?

Absurd: Oui tu peux surveiller les shops, j’ai pas mal bossé en amont et j’ai d’ores et déjà un release minimum par mois à paraître à partir de septembre. D’autres artistes vont également sortir sur le label The Bass Society, Soft Matter sera le premier d’entre eux, et un projet un peu différent mais qui garde un pied dans la bass music qui s’appelle Beat Grafters va également commencer à montrer sa Sub en public.

 absurd chrysanthemul

Enfin, quelle est votre ligne de métro préférée, les Bass Society (pas forcément à Paname)?

Background : La Voie des Fêtes, ligne fantôme parisienne qui était censée relier la 3bis et la 7bis, où se trouve la station Haxo. (https://www.facebook.com/haxosounds/)

Absurd: A Paris la 8, la 2, la 6 mais en fait aussi la 9, la 3 et la 7 et peut-être la 4 ah oui et la 7bis aussi. Une pensée nostalgique aux wagons RER MI84 de la ligne A dits « Goldorak » et aux trains de banlieues Z 6100 de la ligne PSL dits « petits gris », à London la Victoria Line, et la ligne 1 à Lille bien sûr !

En tout cas les gars, ça nous tenait à coeur de vous interviewer et de vous proposer de parler de ce collectif chanmé. On vous souhaite le max de public sur le dancefloor, le 21 Septembre, aux Docks De Paris, à la Dream Nation. On vous retrouvera également ce vendredi 30 septembre, à la soirée Under The Room, à The Room (Rue Gambetta) à Lille .

Merci beaucoup pour vos réponses et check haut!

Bannière dream nation

The Bass Society

DTB Flavour #7 - The Bass Society _DJ Absurd x Background_ - Dream Nation Promo Mix 2019

Drumtabass Crew

logo dtb splah camo