Category: Le coin musique

Focus sur… Quesne-Au-Leu Techno Party / Folie’s Pigalle (19/01/2018)

qal

qal

Tous les copains du Quesne au Leu débarquent au Folie’s Pigalle à Paris ce vendredi 19 janvier, avec une bien belle soirée techno.

Pour l’occasion, les anciens font le déplacement d’ici et d’ailleurs : Lille, Paris, Nîmes, Lyon…

Vous retrouverez notamment Mik Izif, membre fondateur du célèbre collectif Sono Pirate Unit, Aness des Heretik, Konix, d’Audiotrix, Audioflow et son live set unique en son genre, mais aussi et pour la première fois, les compères lillois de la TBK Family !

Une réunion des familles qui promet de faire des étincelles… Parisiens, vous êtes prévenus !

Horaires : 23h – 06h
Lieu : Folie’s Pigalle – Paris 9ème
Prix : 12€ (prévente) / 15€ (sur place)

Lien digitick : http://www.digitick.com/le-qal-a-pigalle-soiree-folie-s-pigalle-paris-css4-digitick-pg101-ri5059891.html

Focus sur… Day-Mar / Born To Rave – Double Mixte Lyon (20/01/2018)

artistes 2

artistes 2

 

La valkyrie bourrin aux cheveux rubis, sera également présente sur ce line-up, pour vous plaquer correctement au sol, à base de boucles breakées, saccadés et furibondes. Grande habituée des Dominator, M.O.H.  et autres events à grand public, pour un set qui fleurera bon le raw et parfois le terror. Ce sera samedi, au Double Mixte de Lyon.

Focus sur… Neophyte @ Born To Rave / Double Mixte Lyon (20/01/2018)

artistes 1

artistes 1

La rudeur et la puissance du gabber de Neophyte viendra calmer les plus vénères des premiers rangs. Le boss du label Neophyte Records, mais aussi actif sur Rotterdam Terror Corps et Terror Traxx, pour décoller la poussière des murs du système son samedi !

Focus sur … Promo @ Born To Rave / Double Mixte Lyon (20/01/2018)

artistes 3

artistes 3

 

Focus sur … DJ PROMO 20/01/18 ► Born to Rave ► Le Double Mixte / Lyon ► 2 Stages. Un de nos artistes préférés, qui avait bien battu le chaume à la Harmony Of Hardcore de 2015. L’un des rares à sachant orienter sa lame, entre vibrisses harmonieuses à la Ophidian, early bien sale et assumé et technique de feu. Assurément notre coup de coeur, pour les plus grands férus de Thunderdome. 

Unlike Sessions Radio Show : Special Guest DJ Hi33p, the one and onely.

HI33P

HI33P

 

Notre lascar et avorton de la team drumtabass, DJ Hi33p était de la partie pour un special d&b mix.

Tu peux l’écouter et télécharger le show complet, en suivant ce lien :

https://www.mixcloud.com/Unlike_Sessions/unlike-sessions-2017-11-10-jaka-hughes-guest-hi33p/

Focus sur…. les artistes de la Born To Rave @ Cabaret Aléatoire / Marseille

sickest

AGENDA BORN TO RAVE

Lien vers un concours encore valable quelques jours, pour remporter votre sésame pour la soirée ! :

http://www.drumtabass.com/concours-born-to-rave/

sickest

maissouille

anticeptik kaotek

vj eye

Défricheur de talent, activiste de la première heure et aujourd’hui leader du genre, le label Audiogenic a toujours eu à cœur de promouvoir la frange dure de la Techno aux oreilles du plus grand nombre afin de faire danser les foules.

L’esprit de la soirée « Born To Rave  » porte cette même volonté, et investit le Cabaret Aléatoire le samedi 25 novembre à Marseille. Sept artistes se succéderont pour offrir un panorama des styles TribeHard Beat et Frenchcore. Une programmation rare, composée de têtes d’affiches internationales auxquelles s’ajouteront des étoiles montantes françaises et régionales.

L’ensemble sera mis en scène avec des projections 3D et du mapping vidéos, afin d’offrir au public marseillais une expérience hors norme. Un vrai marathon sonore attend en effet les aficionados du genre !

Maissouille, artiste reconnu comme l’un des principaux fers de lance de la scène Hard Beat internationale, sera entouré par la crème des Djs et producteurs actuels. Les inconditionnels de « Hard Music » seront sans aucun doute rassasiés par les sets de l’une des figures emblématiques du genre, les italiens The Sickest Squad, maitres intemporels du style Frenchcore, et Darktek le trublion de la scène hardtechno / tribecore, et son univers décomplexé mêlant mélodies joyeuses, rythmes effrénés, et humour déjanté.

A ces mastodontes s’ajoutent le français Adrenokrome, nouveau challenger de l’écurie Audiogenic, et les talentueux activistes des nuits marseillaises : Walter Bishop et Man.

Fêtons ensemble, ravons ensemble ! Venez pousser les portes du temple et laissez-vous guider dans un tourbillon de couleurs et de décibels. Le 25 novembre : Born to Rave ! The place to be.

———— LINE-UP ———–

TRIBE TO HARD BEAT

► MAISSOUILLE  [FR]
► THE SICKEST SQUAD  [IT]
► ADRENOKROME  [FR]
► DARKTEK  [FR]
► ANTICEPTIK KAOTEK  [FR]
► WALTER BISHOP  [FR]
► MAN  [FR]

— INFOS PRATIQUES —-

► LE CABARET ALEATOIRE
41 Rue Jobin
13003 Marseille

► 23H00 – 06H00

► BILLETTERIE
● Prévente : 16 € (+ frais de loc.)
- Réseau Digitick :http://bit.ly/BTR-25-11
- Réseau Ticketmaster :www.ticketmaster.fr
- Réseau Fnac :www.fnac.com
- Audiogenic : wwx.audiogenic.fr

●  Sur place : 20 €

https://www.facebook.com/events/387739801649433/

Interview de DJ Hazard & DJ Hype / 10 ans de Playaz Recordings

hyoeeee

Hype & Hazard by Chelone Wolf (Low Res)-2

 

hyoeeee

Salut les gars, merci de prendre le temps de répondre à nos questions, c’est un réel plaisir.

Hazard, la dernière fois que tu avais visité Dour, c’était en 2015. Et très franchement, on avait pris une grosse claque. Même si tu es principalement reconnu pour ton côté jump-up, ton set était un voyage à travers la Bass Music, piochant aussi bien dans la Neurofunk que la Trap Music. Avec la technique du show pour sublimer tout ça, tu nous as vraiment laissé une très bonne impression. Quelles sont tes influences en matière de Neurofunk/Dark D&B ?

Hazard : Je ne suis pas vraiment sûr de ce que c’était ! Je suis un DJ assez simple, avec des goûts assez simples – il m’arrive même de ne pas écouter certaines productions ou certains styles mais quand j’aime quelque chose, je le joue.

Deuxième question pour toi, Hazard : le succès de ta collaboration avec Distorded Minds (Mr Happy) n’est un secret pour personne. Au fil des années, elle est même devenue l’une des musiques les plus répandues dans le milieu Drum & Bass – on se souvient même avoir vu Noisia l’utiliser pour un double drop avec Dead Limit il y a deux ans à Sydney. Même s’il s’agit presque d’un hymne pour beaucoup de monde, de nombreux DJ à travers la monde continuent de nous surprendre en la mélangeant à d’autres tracks. Quelle est ton point de vue là-dessus ? Comment as-tu réagi en constatant que l’un de tes morceaux rencontre un tel succès ?

Hazard : Je pense que ça ne peut qu’être une bonne chose. Ça signifie aussi qu’on ne me met pas la pression pour retourner au studio produire de nouvelles musiques, puisque les gens entendent déjà mes productions dans beaucoup de sets différents. Même après tout ce temps, les gens l’aiment toujours autant et beaucoup me demandent encore de la jouer aujourd’hui. Du coup, je le fais !

Récemment, vous avez tous les deux eu l’occasion de jouer en Autriche pour la deuxième édition du NuForms Festival. Votre célèbre B2B, juste après The Prototypes et avant Andy C. L’édition de cette année était particulièrement riche pour les amateurs de jump-up mais pourtant, votre set nous a marqué par sa diversité. Surtout lorsque l’on considère que c’était l’un des rares shows présentés par deux MC simultanément, GQ et Eksman. On a pu discuter un peu avec High Contrast il y a quelques semaines, et il nous a confié qu’il trouve un peu étrange de mixer sans quelqu’un pour chauffer la foule. Pourtant, de nombreuses personnes sont sceptiques à propos du rôle des MC et préfèrent simplement écouter la musique. Vous en pensez quoi ? En quoi est-ce différent pour vous de travailler avec ou sans un MC ?

Hazard : Personnellement, je préfère travailler avec un MC. Je pense que ça colle parfaitement à la Drum & Bass et que ça ajoute de la profondeur à la musique. Eksman et GQ sont assez versatiles et peuvent porter à la fois la casquette de « host » et celle de MC. C’est justement ce mélange des deux qui convient très bien à notre musique.

Hype : J’aime travailler avec des bons MC, mais je préfère m’abstenir de travailler avec un mauvais MC. Je peux tout à fait mixer sans MC et suis assez versatile à ce propos – je suis d’ailleurs content que vous ayez noté la diversité de nos performances. Les gens me voient souvent comme un DJ Jump Up, alors que je me considère comme assez ouvert. Il m’arrive de mixer beaucoup de genres de D&B différents, avec des influences souvent tirées de la Jungle Music. J’adore mélanger les styles, je l’ai toujours fait et quand je présente mon émission de radio je peux me permettre de l’être encore plus !

Ça fait maintenant une vingtaine d’années que vous produisez de la musique : quel est votre point de vue sur l’évolution de la scène ? Est-ce que vous êtes confiants quant à l’avenir de la D&B et à l’émergence de nouveaux artistes ? Vous en avez à nous recommander ?

Hazard : Il y a toujours des nouveaux pour remplacer les anciens. La D&B comporte tellement de sous-genres qui évoluent tout le temps, c’est ça qui rafraîchit constamment les choses et qui continue de susciter notre intérêt. Mon frère Taser est d’ailleurs en train de revenir avec de nouvelles productions, je vous conseille de surveiller ça du coin de l’oeil !

Hype : Actuellement, je pense que la scène D&B/jungle n’a jamais été aussi large, elle n’a jamais autant étalé ses tentacules. Il y a une énorme scène underground qui s’est créée derrière, à côté des gros shows plus commerciaux – et c’est justement parce que les deux milieux fonctionnent l’un avec l’autre que la scène se porte aussi bien aujourd’hui ! Concernant les nouveaux producteurs, il y en a tellement que j’aurais du mal à vous en conseiller un seul.

Le meilleur pour la fin : Quoi de prévu pour vous ? Quoi de prévu pour Playaz ?

Hazard : Encore plus de B2B et de scènes Playaz à travers le monde, j’espère ! J’aimerais aussi me réorienter vers la production quand je sentirai que c’est le bon moment.

Hype : C’est compliqué, mais j’essaye de prendre le temps de travailler avec Annix sur une collaboration. On avait déjà fait un remix pour MJ Cole l’an passé, et ça faisait très longtemps que je n’étais pas retourné au studio. On a eu de très bon retours mais étant donné que c’était mon premier projet depuis plusieurs années, j’étais surtout très réceptif aux conseils et avis de DJ que j’ai pu croiser à travers le monde. Ça fait chaud au coeur de voir des artistes comme Noisia ou DJ Marky t’encourager et mettre en avant tes productions. J’ai à peu près 5 tracks dans les cartons, que j’espère sortir quand je les aurais terminées. Il faut prendre le temps d’aller au studio, mais j’y travaille.

Et concernant Playaz, on a prévu pas mal de sorties d’ici la fin 2017. On a aussi d’autres projets intéressants qui arrivent en 2018, notamment avec Bass Brothers, Taxman ou une collaboration avec Subzero et DJ Limited – avec des vocals de MC Inja et Spyda. Annix a aussi un projet dans les cartons, avec des remixes de quelques-unes de ses productions par d’autres artistes. En plus de ça, j’ai un label « New Playaz » pour les artistes non-exclusifs. Des sorties arrivent là aussi !

Merci à vous d’avoir répondu aux questions, et à bientôt devant l’un de vos sets !

Pierre Wiart aka Bosco (DrumTaBass) and Valentin Cebo (Grabuge)

hpe & hazard

 

Newsletter Special Dream Nation… by Drumtabass.

image du bas

http://www.aktiv.fr/NL/nl_drumtabass_teaser.htm

Hi33p #8 – Toulouse fuck Knackies One…

hiep

hiep

Free Download Link :
https://www.mediafire.com/…/2fk2026ule7…/Hi33p%20%23%208.mp3

Drumtabass Interview exclusive de Radium / Radium DTB Dream Nation Exclusive Podcast FREE

radium 5

radium 1

Quand on regarde ta discographie, on s’aperçoit qu’il y a une évolution en passe d’une urgence, face à un mal non identifié, pour déboucher sur un affrontement plus direct, plus frontal. Est-ce ta confrontation au réel qui se répercute sur la musique ? Ou bien une dimension dans laquelle tu te projettes au moment de la composition ?

Euh, je suis pas sur de bien comprendre la question… Je dirais que ‘ma confrontation au réel’ et ‘une dimension dans laquelle je me projette’, c’est la même chose vu que je me confronte forcément au réel au travers de ma vision subjective, c’est donc une autre dimension personnelle dans laquelle je me projette…
Sinon, pour ‘l’évolution en passe d’une urgence face à un mal non identifié, pour déboucher sur un affrontement plus direct, plus frontal’, je pense pas à tout ça quand je fais ma musique, mais si c’est ce que ça t’évoque, je suis fier de moi!
Y’a-t-il encore des choses qui te révulsent, au sein de ce milieu ou dans la dimension commerciale dans laquelle se retrouve parfois happé le hardcore ?

Il y a des choses qui me révulsent dans ce milieu, mais elles n’ont rien de différent des choses qui me révulsent partout ailleurs…

On a cru déceler dans certains de tes récents propos au sujet des événements du Teknival, une véhémence par-rapport au monde des tekos et des passionnés qui les fréquentent. N’est-ce pas rejeter un côté de la scène, qui t’a peut être porté dans tes débuts ?

‘Cru déceler’, très bel euphémisme! Je vais me répéter, mais je ne viens pas de la free, que ça soit en tant que fêtard ou en tant qu’artiste… J’ai toujours été très critique vis a vis de cette scène, qui, malgré peut-être une évolution positive sur certains points ces dernières années, reste à mes yeux une scène de pseudo-rebelles qui se justifient d’une philosophie hypocrite à 2 sous pour se complaire dans l’amateurisme et l’irresponsabilité…

 
‘Pseudo-philosophie hypocrite’, parce que, soyons honnêtes, ‘tout est beau, tout est free, tout doit être fait juste pour le kif et pas de profit sinon t’es un vendu’, ça a jamais empêché les free d’être des super-marchés de la drogue, et les dealers d’engranger les profits, et bizarrement, ça n’a jamais dérangé personne… alors quoi, le public free est un public qui est prêt à payer pour de la drogue, mais pas pour de la musique ou un bon système son? moi, dj, j’ai pas envie de faire le job gratuitement pour enrichir des dealers…

 

 
Sans parler de la fréquente irresponsabilité des organisateurs de free, qui montent des évènements pour des milliers de personne sans rien en avoir à faire de leur sécurité, et s’il y a un mort, on dira ‘c’est de sa faute, il avait qu’à faire gaffe’, au nom du soi-disant principe d’auto-gestion, que pas un teuffeur sur 100 000 ne connaît réellement, et qui est juste une grosse hypocrisie pour ne pas faire face à ses responsabilités…

radium 5
Pour ce qui est de ‘m’avoir porté à mes débuts’, j’ai sorti mes premiers disques en 1995, mais jusqu’au début des années 2000, le hardcore était ultra-minoritaire en free-party, au profit de ce qu’on appelle aujourd’hui la hardtek… J’ai tourné essentiellement dans des raves payantes, festivals, etc… et même s’il est vrai que j’ai pu jouer dans des frees et des teknivals dans le passé, ça n’a jamais été une activité régulière…

 
Et quand bien même ce public ait pu me porter, ce n’est pas une raison pour que je valide des principes qui ne sont pas les miens… et quand, encore aujourd’hui, je reçois des messages de gens que je ne connais ni d’eve ni d’adam qui me traitent de ‘sal vendu’ parce que je ‘refuse de faire 800km pour venir jouer gratuitement à la free de leur cousin’, je me dis que je fais bien…

 

 

Tu es souvent cité par les dj’s hollandais et britanniques, pour représenter le côté frenchcore du mouvement. Y’a-t-il certains events qui trouvent tes faveurs et dont tu as envie de parler, dans ces contrées ? 

Oui, en Hollande, il y a un très bon feeling en ce moment autour du frenchcore, de nombreux évènements clubs réguliers tels ‘Frenchcore S’il Vous Plait’, et quasi tous les festivals tels  Dominator, Masters Of Hardcore ou Ground Zero ont maintenant une scène conséquente dédiée au frenchcore…

radium 3

En marge de ces soirées, y’a-t-il certains producteurs que tu affectionnes, des skeuds vers lesquels tu aimes plonger pour préparer un set Made In Radium 2017 ?

Oh, tous les incontournables de la scène frenchcore actuelle, Maissouille, the Sickest Squad, the Mastery, the Speed Freak, Bit Reactors, Psiko, dj Mutante, the Braindrillerz, Progamers, Adrenokrome…

Des chars Audiogenic Records se sont fait une place dans la chamade. Il y aura sûrement un bataillon destiné au hardcore cette année durant le défilé de la Techno Parade, en prélude de la Dream Nation, le 23 septembre. Comment perçois-tu l’évolution de la musique électronique, depuis la Techno Parade de 1998 ?

L’amélioration de la technique a conduit à un son et une musique plus stéréotypés et formatés… Le champ créatif s’est rétréci, mais le résultat est plus abouti…

radium 2

Un comparse nous en sortait des vertes et des pas mûres, sur ce qui se passait parfois, pendant le défilé des hollandais du Queen’s Day. L’année dernière, on croisait de sacrées loustics ou zombies, devant le char d’Ophidian. Tu n’aurais pas une anecdote chaude d’un truc louche, sexy, étrange ou pas banal, auquel tu aurais assisté, du haut des chars d’une Techno Parade ?

Je me souviens avoir bien rigolé avec des potes à prendre en photo tous les flics en civil qu’on grillait autour de notre char…

Le hardcore fait encore et toujours débat, au sein-même de notre équipe. C’est ce qui rend aussi l’évolution de cette scène passionnante. Des combinaisons de style teintent les lignes de bass, les frontières des musiques extrêmes deviennent floues. On adhère à la brutalité de cette mouvance et la force des lives, mais on rugit tout autant face à un set industriel de The Outside Agency ou aux accélérations crossbreed de Limewax ou Panacea. Y’a-t-il des artistes, dans un style et un bpm différents du hardcore et du frenchcore, que tu aimes jouer dans tes mixes?

Pas trop, j’avoue… Parfois peut-être quelques tracks plus hybridées uptempo ou terror en fin de set, mais je m’égare pas trop, en général…

Perso, nous gardons de très bons souvenirs de tes prestations au Bangface ou aux chapiteaux de Dour. J’ai vu que tu as partagé la scène du Dominator en 2017. Que penses-tu de la fougue des shows des events bataves, entre ending explosif et scènes surdimensionnées ? Est-ce un environnement dans lequel tu aimes évoluer en live ?

Comme j’ai répondu plus haut, oui, il y a un très bon feeling en ce moment en Hollande…

On te remercie et laissons nos lecteurs et hardcore heads, avec ton podcast azimuté, concocté pour la Dream Nation :

https://www.mixcloud.com/george-abidbole/podcast-radium-dreamnation-drumtabass-promomix/

image du bas

Vous pourrez y retrouver Radium, Evil Activities, Miss K8, Art Of Fighters, Manu le Malin, Maissouille et Lenny Dee, sur la Hardcore Stage.

Plus d’informations ici : http://www.drumtabass.com/focus-sur-dream-nation-festival/

Stay massive… Junglists, ravers, hardcore heads.

Bosco & El Frences Loco

www.drumtabass.com