Category: Le coin musique

DTB Flavour #5 : Mindwalker (CH-Suisse)

60450706_1264116353738574_5531558697722970112_n

60450706_1264116353738574_5531558697722970112_n

Pour ce cinquième volet des DTB Flavour nous avons le plaisir d’accueillir MindWalker.

Membre incontournable du crew Octagon basé à Fribourg en Suisse, il a répondu à nos questions et nous a cuisiné un Guest Mix.

Lien vers le guestmix ici : https://www.mixcloud.com/DrumTaBass/dtb-flavour-5-mindwalker/

Salut Aurélien, on te connait comme activiste et DJ, sous le blase de MindWalker en Confédération Helvétique. Mais pour le reste du monde la Suisse est encore un pays exotique inaccessible. Tu peux nous éclairer sur ton histoire et ta relation avec la Drum & Bass?

Hello! Alors tout a commencé lors de mes deux premières soirées DnB, avec entre autres Emperor et The Prototypes. C’est après deux grosses claques que je suis tombé amoureux de la Drum. Suite à cela, beaucoup d’autres soirées se sont accumulées dans toute la Suisse et même plusieurs fois en Europe (comme pour le Let It Roll ou le Nu Forms Festival en Autriche).

C’est il y a environ trois quatre ans que je me suis mis à mixer de la Neurofunk. Après en avoir jouer lors de raves party grâce à nos potes d’une association Psy, on a décidé de monter notre propre label de soirée, pour avoir plus d’autonomie et avec l’ambition un jour de pouvoir proposer des gros événements de qualité.

La Bass Music et la Drum&Bass particulièrement a retrouvé un souffle d’énergie et de créativité ces dernières années, pour toi quel est le ou les DJ/Producteurs Suisse qui font progresser le mouvement?

Comme vous le savez peut-être, il y a une partie francophone et une partie allemande en Suisse. Et on a vite compris que grâce à notre proximité de la barrière de Roesti, c’était clairement du coté « Bosch » vers lequel nous devions nous tourner. Il y a beaucoup de team qui tournent depuis un sacré bout de temps, avec des party label sur Zurich, Bâle, Lucerne et j’en passe.

Donc pour en revenir à ta question, c’est des Team comme Xenocracy, JUR records ou Drum Army qui font avancer les choses dans le pays. Coté french, il n’y a malheureusement qu’au Zoo de Genève qu’on trouve régulièrement des bons events, mis à part quelques soirées des Badass Bouncer, axées spécialement Drum mais ils sont plus friands du Dubstep.

Niveau DJ, il y a bien sûr votre confrère Mindfunk du Zoo avec qui on a eu le coup de foudre et qui nous a rejoint il n’y a pas longtemps. Frontline, Dj Slap, Subvibes, Imperial Wave, voilà un peu les autres noms qui me viennent en tête.

Niveau producteur: c’est sans hésiter Task Horizon : avec ses tracks neurofunk bien sales qui sont sorties sur Eatbrain, Blackout et j’en passe. Il sera d’ailleurs notre invité à la rentrée, pour notre premiére soirée à Ebullition, à Bulle. Et c’est tout récemment que deux nouveaux producteurs, Noizesplitter et Methis, ont émergé avec leur tout récent label Sine Fonction Music et c’est clairement les gars à suivre de près, car c’est la relève neurofunk en Suisse!

MD3

Avec tes collègues d’Octagon on sent que vous avez chacun votre univers et personnalité musicale, j’ai l’impression que ce qui t’agite les chevilles c’est la NeuroFunk. C’est quoi LA première track Neuro qui t’a fait vibrer?

En effet, avec tout les membres réunis de la team, on couvre quasiment tous les spectres de la DnB.

Pour ma première track c’était : Audio – Mudshark ( que nous avons l’honneur d’inviter pour la 40ème et dernière Upgrade).

MD2

En dehors de la D&B on peut t’entendre pousser la chansonnette dans un groupe de metal – Protest your Mind, tu nous en dis plus ?

Effectivement j’ai été chanteur dans un groupe. J’ai longuement été dans le metal plus jeune et c’est de là que viennent un peu mes attirances pour les styles musicaux qui tabassent! Haha.

On a monté un groupe avec des potes et rapidement on a commencer à tourner un peu et on a sorti un Ep. Quatre tracks avec comme invités pour le vernissage: les français de Smash It Combo. Mais malheureusement peu de temps après, l’aventure s’est terminée, suite au départ de certains membres. Mais cela reste un très bon souvenir et ça me manque des fois de pouvoir gueuler un bon coup dans un micro pour vider la pression.

Protest your Mind, MindWalker, faut-il être saint d’esprit ou insensé pour comprendre ta musique?

Honnêtement, ouais j’espère que les gens sont assez fous pour écouter ma musique et l’apprécier!

Tu as déjà partagé les DJ Booth avec de grand noms de la scène Optiv, KillBox(Audio & Ed Rush), The Clamps…

Quel est ton souvenir le plus fou en tant que DJ?

Toutes ces dates resteront gravées dans ma mémoire car à chaque fois je n’en revenais pas d’avoir l’opportunité de jouer avec ces gros headliners. Après Pythius, c’était assez épique de devoir reprendre après sa last track: Flashdance – She is a Maniac.

MD1

Et en tant que JungleHead?

Killbox c’était vraiment la claque et pouvoir faire sa petite groupie avec Gareth (Audio) dans les backstages, c’était génial ! haha

upgrade 40

On pourra te croiser le 08 Juin prochain derrière les platines pour l’Upgrade #40 au Fri-Son de Fribourg au coté de Mindfunk (Octagon), Sylek&Elgrin (Neurocide), Lay D (welovednb) et du patron de Snake Pit Record ‘Audio’.

Merci d’avoir jouer le jeu des DTB Flavour! Big up à toi et à l’Octagon crew de faire vivre la Drum&Bass sur les parquets Helvétiques. See Ya!

logo dtb splah camo

Focus sur … Le Let It Roll 2019 et ses nouveaux aménagements, ainsi que son line-up dément !

letitroll third wave

letitroll third wave

Camo & Krooked, Sub Focus, Wilkinson, Dimension, DJ Marky, Flava D, Lenzman, Matrix & Futurebound, Kyrist, London Elektricity et beaucoup d’autres acteurs majeurs de la dnb rejoignent le Let It Roll cet été pour le plus immense festival drum’n'bass du monde !

On y est. Le compte rebours final a commencé. Il ne reste plus que 3 mois, avant que le Let It Roll reprenne ses quartiers tchèques et ses incroyables scènes, dignes d’un décor de science-fiction. Cette année, y ont été ajoutées 50 raisons de plus, qui vont définitivement vous convaincre d’être de la partie, du 1er au 3 août 2019.

 Plus de 300 DJ’s mettent le cap sur le tarmac de Milovice et parmi eux, 50 nouvelles recrues prêtes à en découdre !

Viennent se joindre aux têtes d’affiche Chase & Status, Andy C, High Contrast, Noisia et  Pendulum,  les  Camo & Krooked, Dimension , mais aussi les poids lourds des charts : Sub Focus  &  Wilkinson , qui viendront poser une de leurs légendaires sessions back to back !

En creusant plus dans le line-up, nous frappons d’un missile doré de 170 BPM, dans plusieurs directions … :

A-Cray, Audio, BMotion, Breakage, B-Complex, Cause 4 Concern, Counterstrike, Delta Heavy, Dirtyphonics, DJ Marky, Drumsound & Bassline Smith, Eatbrain League X Jade b2b Teddy Killerz b2b Fourward feat. MC Coppa, Ed Rush, Edlan, Emperor, Etherwood, Flava D, Gerra & Stone, Hallucinator, Hazard, Changing Faces, Icicle, Kanine, Keeno, Killbox, Kove, Kyrist, Lenzman, London Elektricity, LSB, Madface, Matrix & Futurebound, Mizo, Monty, Nymfo, Phace and Misanthrop, Problem Central, Rido, Riya, S.P.Y, Signal, Skeptical, Spectrasoul, State Of Mind, Technimatic, The Outside Agency, Turno, Unglued, Urbandawn et Whiney.

let it roll jump up neufrofunk let it roll

Tu connais ces moments ?! Tu vois de quoi je parle ?! Ceux où tu as la sensation que l’annonce d’une troisième vague de noms est si monstrueuse, qu’on pourrait penser qu’il s’agit du line-up entier ! … C’est, sans aucun doute, la plus énorme, la plus vaste et la plus variée des éditions du Let It Roll, qui se prépare, dans l’histoire des 12 éditions de l’open air de Milovice.

De la drum’n'bass la plus racée et instrumentale, au pan plus diabolique et expérimental, mais aussi en passant par un passionnant mélange de pionniers, légendes et artistes confirmés, La programmation du Let It Roll est un est un puissant hommage au genre entier, à ses racines, sa diversité et son avenir prometteur.

Let It Roll 2019 c’est aussi un incroyable terrain de jeux, qui va régaler vos sens. Refondé depuis la création du festival, comme un récit épique initiatique, qui présente la lutte des robots contre l’humain. Les gigantesques structures du festival ont muté.

Les décors et les scènes immersives ont subi des améliorations chaque année.

Et cette année ne fait pas exception, avec de nouveaux thèmes pour chaque arène et un monumental espace rave,qui va de la mainstage principale XXXL Le Vaisseau-mère, à la luxuriante et bucolique vibration du Jardin d’Eve, mais aussi en passant par des espaces planétaires, tels que le Temple ou la scène intergalactique Junkyard Shredder.

liquid let it roll

La puissance scénique de Let It Roll 2019 est tout aussi immense, voire supérieure à sa programmation !

Le compte à rebours est presque terminé. L’alarme est en train de retentir. Le décollage imminent.

Let It Roll 2019, c’est dans moins de trois mois… Et il y’a une cabine dans le vaisseau-mère de la dnb pour vous tous !

Prêts et prêtes à embarquer pour le décollage ?!

 

Tickets: https://letitroll.eu/events/let-it-roll-2019-event/#tickets

FB Event: https://www.facebook.com/events/193756724829578/

 

Attention Concours ! 2 places à gagner : Fugitive Future Le Cargo / Caen (Crystal Distortion/69 DB / Ixindamix…)

sp23

JEU CONCOURS CAEN SP 23 FUGITIVE TOUR

sp23

Nous mettons deux places en jeu, pour cette soirée, du 18 mai, au Cargo de Caen.

Crystal Distortion, 69 Db, dont on garde un souvenir impérissable d’une certaine date au Sonic, Ixindamix et plein d’autres allumés viennent tenir le cierge et t’envoyer de la grosse tek.

Pour jouer, il te suffit d’envoyer ton nom et prénom à pierreboscodrumtabass@gmail.com, avant le 16 mai 2019, date de clôture des participations.

RAVERS ON THE DECKS

DTB Flavour #4 – Bastardz Crew (Lille,FR)

DTB FLAVOUR 4

DTB FLAVOUR 4

Ce mois-ci, le muguet est à peine cueilli, ce sont les Bastardz, bêtes de motivations et débordants de projets, qui se sont prêtés au jeu du DTB Flavour.

Décidés à mettre un bon coup de low kick dans la fourmilière, ils nous proposent donc un combo guestmix / questions-réponses, que n’auraient pas renié Dhalsim ou Blanka.

Le guestmix :

https://www.mixcloud.com/DrumTaBass/dtb-flavour-4-bastardz-crew/

Salut les Bastardz, ravis de vous avoir avec nous pour ce Dtb Flavour#4.

 

Inutile de vous présenter dans la ville du welsh, vos bass résonnent dans les quatre coins de la métropole depuis déjà plusieurs années. Vous êtes des amis de la famille. En revanche pour les massives qui n’auraient pas la chance de vous connaître dans l’hexagone, on a quelques questions à vous poser :

 

  • Tout d’abord, j’ai cru comprendre que vous faisiez peau neuve cette année. Pouvez-vous nous en dire un peu plus ?

Exactement, on opère une grande refonte de l’association. L’idée c’était de mettre le pied à l’étrier et de se donner les moyens de nos ambitions. Pour ce faire le crew a accueilli deux nouveaux DJs, Insolent et KDJB, qui ont chacun des compétences clés dans la vie associative, de l’expérience sur la scène Bass Music et beaucoup de motivation à revendre. L’équipe s’est aussi agrandie avec le recrutement d’une graphiste, Kymopoleïa, et d’une photographe, Mylène Van Laere, toutes deux bourrées de talent, en charge de la nouvelle identité visuelle du Bastardz Crew. Nouveau logo, nouvelle manière de communiquer, meilleure gestion interne, nouveaux objectifs, on veut voir plus loin et proposer quelque chose d’original et inédit aux gens.

On essaye également d’inclure une dimension « sociale » dans tout ce qu’on fait. On s’est dit qu’il était hors de question de faire l’impasse sur nos principes et convictions et qu’en 2019 en tant qu’organisateurs d’événements et acteurs du monde de la nuit on avait une certaine responsabilité envers le public, qu’on était quelque part obligés de se positionner sur certains enjeux sociaux du « vivre ensemble ». Du coup on fait très attention aux gens avec qui on collabore, aux lieux où on organise, à ce qu’il se passe dans la fosse face à nous pendant qu’on joue, etc. L’objectif c’est de permettre à toutes et à tous de venir à nos soirées, s’amuser dans la bonne humeur, le respect les uns des autres, et en sécurité. Bref, on est encore en pleine mutation, il reste beaucoup de surprises et de changements à venir !

  • Les crevettes grises, c’est une religion dans le Nord de la France. Pour vous, plus Dunkerque ou Boulogne-Sur-Mer ?

Pas mal d’entre nous ont vécu, séjourné ou étudié à Boulogne-sur-Mer. Et puis surtout vu l’accueil qu’on nous réserve là-bas, l’ambiance de dingue quand on y joue, on est tous d’accord pour répondre Boulogne. En revanche c’est pas écrit dans le marbre, s’il y a des dunkerquois jaloux qui lisent ces lignes, invitez-nous, on viendra tâter le terrain. Mais on préfère prévenir, le mois dernier on a joué à L’Horloge, c’était le feu, les boulonnais ont mis la barre très haut.

  • On vous connaît pour vos mixes ravageurs Dnb. Aujourd’hui on sent plus le Bastardz Crew dans une dynamique totalement éclectique et innovante. Qu’en est-il ?

Alors en réalité on a toujours été éclectique, à la base le Bastardz il est même à majorité Dubstep. On pense que les gens ont retenu certains sets Dnb parce que c’était la grande mode de la drum à Lille. Ce qu’on veut dire c’est qu’on ne s’est jamais cantonné à un seul style ou à la mode du moment. Ce n’est pas parce que c’était la folie du Jump Up il y a quelques années qu’on s’est mis à ne faire que ça, il en va de même pour la Deep Drum & Bass en ce moment par exemple. On s’est dès le départ identifié comme association Bass Music au sens large, on compte le rester. Par exemple sur les prochaines soirées on a prévu des sets halftime. Ce n’est pas vraiment ce qui est demandé en priorité par le public mais nous on adore ça. C’est aussi ça la nouvelle formule de l’association, on essaye de sensibiliser les gens à des genres ou sous-genres qui sont peu représentés à Lille. Ce serait quand même triste si tout le monde écoutait la même chose non ?

  • Votre staff baigne dans plusieurs influences musicales qui s’entrechoquent, s’alambiquent… Je vais formuler ça d’une manière différente : Quel artiste met tout le monde d’accord ?

 

C’est hyper compliqué comme question parce qu’on a tous finalement des goûts musicaux assez différents et qu’on aime justement mélanger tout ça dans nos soirées. Il y a des noms évidents genre Skream, Noisia, Bukez Finest, Misanthrop, des trucs plus récents comme Sir Hiss, Bou ou Buunshin, mais c’est dur d’en choisir un à l’unanimité. En vrai à bien y réfléchir, s’il y a bien un mec qui nous met tous d’accord c’est notre pote Jean, alias JJ ou Enkk. Ses productions Dubstep et Drum & Bass sont géniales, c’est propre, c’est original, ça prend aux tripes. Sans mentir, on reste bouche bée à chaque nouveau morceau.

  • Si je vous parle de Stéphane Plaza ?

 

On t’en pose des questions de merde nous ? En vrai on l’adore, lui et son émission de télévision de qualité.

  • On sait qu’un crew se partage entre plusieurs identités, plusieurs chemins. Peut-être êtes-vous impliqués dans des side-project musicaux, des membres de la balade Bastardz ?

Effectivement on a tous plus ou moins notre petit truc qu’on développe chacun de notre côté quand on en a le temps et/ou la motivation. Entre l’association, les études, le boulot, la vie de couple ou de famille, c’est pas toujours évident. Concrètement il y a Kostik qui compose et produit du Hip Hop sous son alias Fleepz, Insolent qui fait aussi partie des Unlike Sessions et participe régulièrement à l’animation de leur émission de radio sur RCV99FM (big up les copains !), et Methran et KDJB qui ont créé Shtelameï, un duo Gabber / Frapcore (mélange de Hardcore et de Rap Français).

  • Sauf pour Johnny sur la fin, on dit souvent que chaque date est unique. Mais si un massive d’à droite ou d’à gauche de la lune voudrait capter l’essence-même des Bastardz, où lui donneriez-vous rendez-vous cette année ?

Pour les lillois la prochaine c’est le 11 mai au Circus. Soirée 100% Bastardz Crew, donc Dubstep, Drum & Bass et tous les sous-genres que ça implique. On invite même un guest pour l’occasion : Ukki, un jeune tournaisien. Sinon cet été on fait pas mal de petits festivals de la région. La Party Pâture en juin à Bouvignies et le P’tit Wood en août à Sémeries par exemple. Ce sera l’occasion de nous voir en version showcase, on joue un peu de tout, tous ensemble, et c’est un beau bordel en général.

  • Avez-vous un avis commun concernant l’évolution actuelle de la scène Bass Music française ?

Encore une fois c’est dur d’être tous d’accord et d’avoir un avis commun. Après dans l’ensemble on se réjouit tous de l’effervescence qui règne sur la scène Bass Music française ces dernières années. Il y a de plus en plus de jeunes producteurs, en Drum & Bass notamment, qui sortent des choses de qualité et qui signent sur des gros labels. The Caracal Project chez Neosignal, on a dit respect. Redpill chez Eatbrain, pareil. Il y a aussi Bobby, XtronX, Skylark, Eizo, Vici, beaucoup de mecs talentueux qui participent à la création d’un savoir-faire à la française qui commence à être clairement reconnu à l’international. Et ça c’est la grande classe.

Attention toutefois à ne pas tous faire la même chose. C’est le revers de la médaille, il y a malheureusement quelques tracks et artistes qui se sont engouffrés dans la brèche de cette « nouvelle vague » française et produisent des trucs peu originaux. Faut le dire. C’est le même son de cloche dans les associations ou les médias spécialisés : quand on a pour vocation de représenter tout le spectre musical d’un genre, c’est quoi l’intérêt de n’en médiatiser/programmer/produire qu’une infime partie ? C’est peu ambitieux et franchement contre-productif. C’est à nous de faire découvrir des choses aux gens, si on réduit le choix, on empêche la scène de s’émanciper.

Sinon à un niveau plus local, si on parle de la scène à Lille, c’est tout le contraire de l’effervescence et ça fait 20 ans que ça dure. On manque cruellement de lieux, de clubs, de salles de concert. D’un côté il y a la mairie qui a un plan d’urbanisation assez ignoble, elle jugule et pousse à la fermeture des lieux artistiques indépendants depuis des années. D’un autre il y a les propriétaires de lieux qui ne connaissent pas ou ont une mauvaise image de la Bass Music. On est aussi dans une ville où l’hégémonie de la Techno est totale, on a pas les moyens de concurrencer ça. Le résultat est que ça instaure un climat associatif assez tendu, l’ambiance est souvent plus à la compétition qu’à la solidarité pendant que certains vampirisent le mouvement et les opportunités.

Pour conclure ce sujet sur une note plus positive on se dit qu’il y a au moins de grosses perspectives d’amélioration, c’est déjà ça. Après on fait nos soirées de notre côté, à notre niveau, le public est là, l’ambiance aussi, ça pourrait être pire !

  • Pour finir, plus Jupiler ou Heineken ?

Ça demande réflexion. La Heineken c’est une robe jaunâtre translucide, une mousse éphémère quasi inexistante, des saveurs basiques d’orge et aucun ressenti de houblon. C’est de l’eau pétillante qui fait pisser. La Jupiler c’est une majestueuse robe jaune pâle, une fine mousse à la tenue correcte, un arôme léger et doux de malt, un goût sucré puis délicatement amer avec des notes de miel et de maïs. Vous voyez où on veut en venir ? Mais pour des raisons d’éclectisme on préfère mélanger les deux et faire de la Jupiken.

 DTB FLAVOUR 4

Merci à vous tous d’avoir joué le jeu, c’est un plaisir de vous retrouver sur le devant de la scène cette année. On a bien hâte de voir la suite, stay connected ! See you les bro’ !                                                                                                              

Drumtabass Family

ATTENTION CONCOURS ! 2 places à remporter Outlook Launch Party – 7 mai 2019

outlook launch party spy

outlook launch party spy

Oy oy junglists !

Tu as envie de tester les joyaux du nouveau LP de SPY ?

Drumtabass te convie à la soirée Duplate Style, lancement du nouvel EP du canonero brésilien, qui sera pour la peine accompagné d’Elisa Do Brasil, Spectrasoul, Miss Trouble, MC Lowqui et toute une clique chaud bouillante !

Cela se passe au Rex, le 7 mai, dans le cadre de la soirée de lancement parisienne de l’idyllique Outlook Festival croate.

Pour jouer, il suffit d’envoyer ta track préférée de S.P.Y (les remixes comptent aussi!) à pierreboscodrumtabass@gmail.com, accompagnée de tes noms et prénoms (obligatoire!) avant le 5 mai 2019, date de fin de prise en compte des participations.

ça va kiffer sévère !

Massive…

Le DTB CREW

Teaser : Born To Rave – Trabendo Paris 20 avril (Art Of Fighters, The Sickest Squad, Maissouille)

Born to rave trabendo 20 avril paris

 

TEASER : Born To Rave | Paris ?

Cliquez ici :

 

https://www.facebook.com/watch/?v=286006575446673

 


D’ici peu, le Trabendo sera le théâtre d’un invraisemblable déferlement de basses. Préparez-vous, car Art Of FightersThe Sickest SquadMaissouilleSection Grabuge et PSIKO comptent bien faire trembler la capitale samedi 20 avril !!
➡ Billetterie : https://bit.ly/2FpEYXT
➡ Event : 20/04/19 ► Born to Rave ► Le Trabendo ► Paris

 

 

 

Born to rave trabendo 20 avril paris

Attention, CONCOURS ! 2 places à gagner pour la Born To Rave du 20 avril au Trabendo de Paris !

Born to rave trabendo 20 avril paris

Born to rave trabendo 20 avril paris

Prochaine étape de la tournée des ravers : le 20 avril au Trabendo avec les hoolies italiens Art of Fighters et The Sickest Squad, en têtes d’affiches, mais aussi l’ami K Sual, Section Grabuge. Et bam !

Drumtabass te propose de remporter ta place pour cette fiesta.

Pour jouer, rien de plus simple : envoie ton nom et prénom ainsi que ton morceau préféré d’un artiste jouant ce soir-là, à l’adresse pierreboscodrumtabass@gmail.com avant le 17 avril, date de fin du concours.

Tu recevras un mail le 18, si tu as gagné ton sésame ! 

Ravers… Good Luck ! 

Vague 3 : Line – Up Let It Roll 2019

letitroll third wave

La débandade continue avec l’ajout de pas moins de 53 nouveaux noms, dont Hazard, Flava D, Breakage, Killbox, Turno, Problem Central, Audio, Counterstrike, Dimension, S.P.Y ou bien d’autres! 

N’hésitez plus junglists, FONCEZ !

letitroll third wave

DTB Flavour #3 : Art Of Fighters (ITA)

Credits Photo  @lorenzoinvernici

En cette fin de mars, les premiers festivals et murs de sons printaniers commencent à fleurir. Ce mois-ci, dans le cadre de leur venue à la Born To Rave du 6 avril à La Laiterie de Strasbourg et à la Born To Rave du 20 avril au Trabendo de Paris, les punchy transalpins Art Of Fighters ont accepté de poser leur bac à skeuds dans leur tournée, pour répondre à quelques questions.

Un plaisir d’échanger avec des mecs frénétiques, engagés en live, mais aussi diaboliquement carrés dans leurs productions.

On joue encore la carte plat/son, dans ce DTB Flavour #3, en te proposant avec cette petite interview, un piquant live du duo au Defqon 1 de 2018, aux Pays-Bas :

Par ici : https://www.youtube.com/watch?v=nOQmVwr_Vls&t=1814s

Ravers…

Credits Photo  @lorenzoinvernici

Crédits Photos : @lorenzoinvernici & www.fermiglow.com

Hello les gars, pour ceux qui ne vous connaissent pas, pouvez-nous présenter votre groupe ?

Nous sommes Art of Fighters, un projet basé en Italie qui a vu le jour en 1999, centré sur le Hardcore, et sur les versants expérimentaux et les plus durs de la musique électronique.

Quel est votre premier souvenir marquant de rave, en tant que collectif ?

Goliath Rave à Roggwill en Suisse. Cette rave s’était tenue au sein d’une base militaire abandonnée et l’atmosphère était si intense, si authentique ! A tel point qu’à chaque fois que nous entendons le mot « rave », nous pensons immédiatement à cette soirée, qui a fondamentalement façonnée notre vision artistique et musicale.

 AOF 3

Tout se joue souvent aux confluents de la force mélodique et d’une espèce de fougue rageuse, dans vos morceaux. Plusieurs exemples : la montée mordante de God of Fury , le côté aigu strident happy hardcore, qui ensuite entraîne tout sur son passage de Breaking The Ground ou encore les beats incisifs de Revenge. Comment faites-vous au moment de la composition, pour réussir à allier ces ambiances tendues apocalyptiques, avec la rythmique plus commune des passages hardcore ? Cela crée un vrai rapport de force, qui fait que l’on vous reconnaît rapidement en live et qu’on embarque sur le champ.

Nous aimons le Hardcore parce que c’est un « container ». On peut y mettre ce que l’on veut pour en tirer un résultat. Nous adorons créer du contraste, de la même façon que la musique combine des sons et du silence. L’ambiance générale doit refléter cela. Nous aimons raconter une histoire différente à travers chaque morceau, notamment en créant des breaks joyeux contrastés avec la violence sonique des kicks, ou encore en créant des mélodies épiques qui évoluent avec la rythmique, comme à l’ancienne.

 AOF

Depuis nos débuts, nous n’avons jamais cessé d’apprendre, et ceci nous permet aujourd’hui de ne pas simplement créer des tracks, mais de pouvoir faire voyager les auditeurs dans un univers spécifique conçu pour chaque morceau, comme le ferait la bande son d’un film. Ce n’est pas facile, et nous avons encore beaucoup à apprendre mais on fait de notre mieux, comme toujours.

Parmi les newcomers qui déferlent sur la scène hardcore actuelle, lequel appréciez-vous vraiment et pourquoi?

Nous pensons tout de suite à Matt du groupe The Melodyst. Honnêtement, c’est le meilleur producteur à l’heure actuelle (2019). Il existe de nombreux producteurs talentueux, mais ils luttent pour se faire reconnaitre car la scène est submergée par des concepts de moindre qualité, des copier/coller de formules bateau. Notre respect va à tous ceux qui continuent à innover de nouveaux concepts musicaux, une vrai idée et non pas uniquement un kickdrum. Le Hardcore, c’est bien plus qu’un gros kick, les producteurs ont tendance à l’oublier.

aof 2

Avez-vous constaté une évolution de la scène française entre votre venue à la Loco, invités par Frenetek, pour la sortie de votre album en mars 2008 et votre dernière prestation à la Dreamnation en 2017 ? Est-ce une scène, un public, chez qui vous aimez venir jouer en général ?

La scène française s’est incroyablement développée. Aujourd’hui, c’est l’un des pays dans lequel nous préférons jouer avec bien sûr l’Italie mais aussi la Russie, le Japon et l’Espagne, pour n’en citer que quelques uns. D’un point de vue extérieur, on a l’impression que les anciennes free parties ont fait place aux soirées professionnalisées, parfaitement organisées, avec une palette musicale qui satisfait vraiment tous les gouts. C’est incroyable de pouvoir jouer du Hardcore sur une scène et savoir qu’Andy C ou Doctor P font jumper la foule juste à côté. Pour nous, c’est ça le combo gagnant !

 

AoF_Dj_onstage_fermiglow.com

Avant de vous laisser filer, les masques de hockey, pourquoi ? Ils ont une origine anecdotique particulière ? Nos lecteurs ont l’habitude que je vois du cinéma partout, mais il me semble avoir reconnu ceux des braqueurs de « Heat » .

Il y a bien une histoire derrière ces masques. Durant notre première année de carrière, nous n’utilisions pas les masques. L’idée est venue de Tetta (Dj Nico & Tetta) car nous devions jouer en live avec eux. C’était en 2001 en Suisse, et cinq personnes sont apparues sur scène avec les mêmes costumes blancs et des masques de hockey. Nous avons adoré l’idée, et nous avons continué à les utiliser, en ajoutant les rayures noires qui différencient chaque membre du groupe.

Toutes les meilleures choses arrivent par hasard…

On vous laisse donc après ce robbery de questions saisies sur l’instant. Pour ceux qui veulent jumper devant votre son en live, vous êtes au line-up de trois dates depuis le début de la tournée Born To Rave. Celle à Rennes déjà passée, la prochaine à la Laiterie de Strasbourg le 6 avril et vous embraserez le Trabendo de Paris, le 20 avril. Massive, hardcore heads, be there !

Merci et à très vite, pour la Born To Rave !

ART OF FIGHTERS 

 Born To Rave Strasbourg Avril  Born to rave trabendo 20 avril paris

Lien vers les soirées : http://www.drumtabass.com/events/born-to-rave-la-laiterie-strasbourg/

http://www.drumtabass.com/events/born-to-rave-paris-trabendo-art-of-fighters/ 

 

logo dtb splah camo

Focus sur … Born To Rave au Cabaret Aléatoire (Marseille / 23 mars)

VisuelAgendaPaysage

VisuelAgendaPaysage VisuelAgendaPortrait


Read more