Category: Le coin musique

Boomtown 2016 : Interview de Kasra.

kasssra

BT) So first of all, thank you so much for taking the time to do this! What brought you and Boomtown together?

 

K) Mine and the label’s history with Boomtown goes back to last year. I played alongside two other acts from the label Foreign Concept and Enei as  Critical Sound System, which is label back to back special and played on

the Bassline circus stage and it was incredible and then  we were asked do something back bigger and better at this year’s one.

 

BT) What made you want to come back to Boomtown?

 

K) Well I was very lucky to play a lot of festivals last year and it was hands down one of the best ones we played, it was  the best one we played in the UK, it was an amazing atmosphere. There’s really an element of, if you play underground music and you go to festivals you can sometimes find yourself getting a bit lost because being underground, it’s niche and there’s only a certain amount of people how know what you do and who you are and it was definitely a crowd who new who we were and knew our music. I think we played to 4,000 people over 2 hours and we could take the set wherever we wanted to take it. Really deep stuff that you might not get away with at other festivals, and it was really good fun. We played from 4~6am which can be the best time or a really hard time to play and it worked out really well.

 

BT) Last year you played at the Bassline Circus and this year you’re playing at Bang Hai but you’ve been extended from a 4 hour takeover to a whole day takeover. How are you feeling about that?

 

K) Yeah it’s amazing! I mean I saw what the stage looked like last year and thought… I want to play on that (laughs) and then we get to asked to do it and thought, brilliant! And then we got to play the whole stage on the Saturday… Wow. It’s a real honour, it’s really exciting, all the guys are really hyped to be playing as well because they’ve seen all the videos of what it’s like and the Noisia guys played on there last year. We all know them and they said how good it was , so yeah it’s a big deal! There’s going to be a lot of Instagram pictures I’m sure!

 

BT) You mentioned Critical artists are excited to be playing; what can you tell me about who’s going to be there and what can be expected at the takeover?

 

K) Well I suppose it’s going to go across who’s playing starting from Klax and Hyroglifics who are two acts who are fairly new to the label. They will be playing B2B for the first chunk of the night and they play a combination of half time hip hop and grime influenced D&B and then the more traditional D&B. An exciting fusion of new sounds.

 

And then we’ve got Foreign Concept who’s had a few releases on the label now and he makes more straight forward rolling stuff, goes a bit deeper and a great DJ.

 

We’ve got Ivy Lab and Sam Binga  with Redders MCing who have a different take on the D&B format. They predominantly play half time hip hop influenced stuff. Quite a lot of vocals so that should be good and then it’s me…and I’m rubbish (laughs). I just play a bit of everything from the label because it’s my label.

 

And then taking it into the later stages of the night we have Enei, Emperor and Mefjus who will play a little bit harder than the rest of us. They’ll play a more tech influenced side of things but across the board .

 

Each of the acts from the label brings something exciting and different, their own interpretation of the music. That’s what i love, being able to do events, especially with a takeover like this, where we can  programme a whole night with a curvature of the music that makes sense that is made up of purely label acts. Also having the extra times means we get to bring the whole family and everyone get’s a chance to play such a special event.

 

BT) How is it different playing a festival and playing a night?

 

K) The main difference is normally we don’t do a whole takeover. It’ll

be a B2B or a solo set. There can definitely be different pressures when playing a festival, not knowing what to play or wether what you play is going to work well with the crowd but i think theres a balance to be struck. Never play anything you don’t like but also remember there’s a fine line between trying to educate people and also remembering that people are there to have fun. Thats what i think anyway! Festivals are really good places to play in front of people that have never heard you before but if you then go and play a ‘festival set’ because that’s what you think you should play then then you are in danger of creating a false illusion of what you are as a DJ.

 

Coming from the underground scene, you don’t always get a look in at festivals for the most part and that’s why Boomtown is really good because it pretty much focuses on, like a festival like Outlook, on the underground side of things. .

 

BT) Boomtown’s known for being quite immersive and theatrical and engaging, so what is your most memorable festival experience and why?

 

K) One of my favourites was when I played Exit festival last year, did the main stage with Mefjus and Enei. We did 4-6am, the last set of the festival. That was really something, a real honour. From a musical point, I saw Arcade Fire at Reading Festival in 02/03 in the NME tent when  when they released their first record, Funeral. It was like a rave, it was incredible.

Dour 2016 – Hard to be Nice, but easy to be nice …

underwolrd

Le reportage de Drumtabass va innover et ne se couvrira cette année, que les quinze heures de set de Salut C’est Cool…  Honte à moi qui n’en ait pas vu une minute, mais cette édition proposait nombre d’autres pépites.

 

Cliquez sur les noms de tracks et morceaux, surlignés en rouge pour écouter ou voir les vidéos.

camping dour 2016

Premiers sourires esquissés le mercredi matin : une foule de festivaliers zombies frappe lentement, sur les grilles retenant l’accès au camping.    « B, B, B », en accélérant la cadence. Le pauvre Rick wallon leur répète, avec un fort accent belge, qu’il faut d’abord remplir le A. Un camping A où les légionnaires suricates tiennent le pavé à l’herbe de bison, fou rire sous les gouttes, pour garder les tentes de leurs potes, jusqu’à parfois jeudi. « No way… ! »

wd

Une scène UK au top de sa forme

 

lady leshuur

 

Lady Leshurr attaque et matraque son mic, brosse à dents à la main sur « Brush Your Teeth ». Première prestation un peu rapide, d’une série qui confirmera l’excellente forme de la Perfide Albion, côté grime et uk garage. Plus tard, Stormzy et Novelist retournent la Boombox. Un show dans la pure tradition des radio-sets fiévreux de Brixton, où ça se bouscule sur scène. « Shut up Shut up ! ».

 

skepta

Skepta pose son retard d’une demi-heure post-brexitien, mais est enfin à Dour. Et quel pied ! « That’s not me » fait agiter tous les index d’une masse de junglists impressionnée. Même si le toaster nigérian de Tottenham ne fait pas balayer la rolex, maîtrise scénique de malade, flow mitrailleur sur « Shutdown ». Grosse impression !

Soleil délicieusement orangé façon Miami sur la Balzaal et nouvelle config : dancefloor tourné vers le terril. C’est la technique qui parle pour D Bridge, devant une populace de t shirts Metalheadz qui acquiesce, l’inventivité pour Ivy Lab et le groove pour Dub Phizix, sur le strange « Buffalo Charge ». Première nomination pour le track Dour 2016 : le trap aigre-doux de « Sunday Crunk » qui comme les calamars, est mangé à toutes les sauces.

The Prodigy livrent une prestation sonore inégale. Hors des tranchées de la Last Arena, difficile d’entendre plus qu’un écho énervant d’ « Invaders Must Die ». High Contrast relève agréablement le niveau, avec fraîcheur et justesse.

 

La sensation sur la programmation drum’n’bass vient avec la reformation de Bad Company. Comme DJ Fresh vient d’annoncer la fin de sa carrière, on lui pardonne ces cheveux blancs peroxydés à la David Guetta. Un set d’adieu à apprécier à sa juste valeur donc. Fresh, Maldini, Vegas et D Bridge embrasent la fin de la nuit de classiques sombres comme « Planet Dust », qu’un albinos Men In Blond semble bien connaître. Raver novice comme fan de la première heure philosophent sur la qualité du show et plébiscitent les frissons dark de « Son of Nitrous ». Le Bask, dans un style moins frenchcore et plus dancefloor qu’à l’habitude, retient l’attention des votants éreintés.

baalzaalé

 

 

Des agités, des furieux et des hommages qui font froid dans le dos…

Effluves d’herbe américaine, lyrics real street et black power agrémentent le concert du duo Mobb Deep. On comprend avec effroi que le « nice » sur le drapeau français des premiers rangs se lit plutôt « Nice ». C’est aussi ça le microcosme Dour, qui nous rappelle brutalement que la réalité dort pendant cinq jours, mise en veille pour les festivaliers. Les hommages pleuvent. Certains posent leurs gerbes, mais pas de bleuets : plutôt un mélange rhum/fricadelle. Biga Ranx séduit, dans des tons dub mellow, qui ramènent petit à petit le sourire.

 

drapeau dour

Les marseillais Dagoba fracassent, même si la voix de Shawter se fait encore souvent la malle, comme sur « The White Guy & The Black Ceremony ».  Les chouchous du public Do or Die excellent dans une nouvelle formation. Le tapage organisé des différentes voix fait mouche, derrière le punchy des guitares sur « The Meaning of Honor ».

 

Madball nous envoie un direct pleine joue. Freddy Cricien, bulldog campé sur ses pattes arrières, crache sa hargne au pit. Le gaillard n’est vraiment pas content et son chignon se décroche sous les coups de latte. Celui de notre pote Berlot tient.

Le concours d’ « air tekken » de la cage fait rage sur « Can’t stop, Won’t Stop » ou « Stand Up NY ». Fracture de la rétine au sens propre comme au figuré : un énervé aura quand même réussi à m’ôter une lentille de contact, d’un coup de poing. Avec les excuses du jury, Dour de lui en vouloir.

Madball-Dour16-153_636043105816516953

Mass Hysteria invente la réflexion jupilo-chimique sur la transe du diable de la « Furia ». A la sixième canette, on commence à se dire que Mouss prend de la bouteille, mais le frontman est toujours aussi énergique et sympathique. Un peu comme mater Groland après une journée difficile : on chantonne quand même le générique.

 

Constellations de mèches violettes et explosions d’amour dans les étoiles du ciel de Dour, sur les poses oasisiennes du chanteur d’Underworld. Une interprétation habitée de « Born Slippy »,  les beats syncopés de « Cowgirl» . Les festivaliers qui allaient à un autre concert, s’arrêtent. L’espace d’un instant, toute la plaine se souvient d’avoir vécu les 90’s. Magique !

underwolrd

 

 

Soleil de plomb, Ôte-toi de mon Dour…

Diogène n’était pas belge. Il habitait un tonneau et pas une tente. A Dour peu de cynisme, mais des sceptiques qui hurlent des insanités toute la nuit et glapissent « Ta g**** ! ». On aura tout tenté pour goûter au sommeil, mais quand ce n’était pas les clameurs de la nuit, le soleil de plomb aura achevé les velléités de grasse matinée.

diofene

 

Quelque peu engourdi, le public peine à s’accroupir puis jumpe, pour répondre aux invectives des Dope DOD. Un show tout neuf, inspiré, avec medley thèmes films d’horreur et rappeur au masque de clown, qui nous asperge au python à eau. Un portoricain nous fait goûter sa pompote de jäger redbull, entre deux coups de bass.

 

Le duo punkoïde Ho99o9 de hip hop : un black gringalet, manteau de piaf bleu mendoliesque, triture les amplis de ses gants de mollusques. Un autre hurle, dans un dialecte inconnu, devant des visuels malsains. Fourmis qui sortent d’un ventre de renard qui éclate, croûte qui saigne sous les grattements. Amis du bon goût, bonjour !

horrro

 

Dans la même touche, Seth Gueko jure sur « la chatte à Laurent Voulzy » et invite tous les barlous belges à Pattaya, après avoir loué leur avancée, en matière de maisons closes et roses. Maduk expérimente le moment de grande solitude, en envoyant un remix des « Pokemon », version d&b en anglais. Pour attraper un Roots Manuvix, peut-être ?

La nuit nous redonne du peps. Maceo Plex transforme la Balzaal en gros dancefloor dark techno. Phace nous livre un show froid, suave et mid-tempo. Parfaite intro pour les napolitaines prosciutto, sur le sentier des enceintes. Black Sun Empire et Neonlight hissent la bannière Blackout Music.  Beaucoup de gros hits comme le  Dead Limit- Noisia & The Upbeats mettent la fièvre chez les darkos.

Spor a du mal à rentrer dans le cercle. Qu’importe, Audio et le barbu Gridlok s’occupent du bouquet final.  Hive-Neo  remixé, Bullet Time de Bad Company, les visages, dont un au sourire dents cabossées, défilent sur les écrans dans un carnage épique.

baalzaal dour

 

 

 

 

 

 

 

Sur les conseils d’un obscur pizzaïolo, spécialisé dans la cuisson sans sommeil, on ne rate pas DJ EZ. Cuts de sauvageon, timing parfait, hits flavor… du high level.

Clap de fin et reprise des esprits sur The Pixies, écouté de la tente aux chandelles et les nappes réjouissantes teutonnes de Ben Klock.

Dour a fait beau, Dour a fait grand, parfois peut être un peu trop. Petite réserve sur la journée du dimanche, où les vrais noms manquaient dans la torpeur de la journée, pour ne revenir que tard. Mais Dour reste notre chouchou, oasis parallèle de concerts, dans un monde plein de sérieux.

drumtabss

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Report par Bosco – www.drumtabass.com

Les photos et vidéos utilisées pour illustrer le reportage, ne sont pas ma propriété. Liens à venir

 

Focus : Boomtown 2016 / Line-up Main Inner City Dance Stages

INNER CITY DANCE LINE UP

INNER CITY DANCE LINE UP

Le line-up des scènes bass music, avec tous les dj’s et formations est enfin complet.

Entre le Sector 6 à damner (Chimpo, DJ Hazard, DJ Hype, Audio, DJ Q, Serum & Bladerunner, Miss Dynamite, Full Cycle, Dub Phizix…) , la Robotika, temple des musiques underground UK (Mala, Truth, Gorgon Sound,DJ Zinc, Om Unit, Slipmatt…), la musclée Scrap Yard (Angerfist,Counterstrike, Radium, Cooh, Vandal, The Outside Agency…) qui vous causera des ravages jusqu’au petit matin et le plus dancefloor Bang Haï Palace (Stanton Warriors, Mefjus, Ivy Lab, Kasra,Sam Binga, Zed Bias… ).

L’occasion de voir se succéder du rare et du costaud !

Une place spéciale cette année pour la Train Station du Wrong Side Of The Tracks, qui vous proposera du son dans la quasi-intégralité du festival.

scrapyard rave yard D5-Poster-Final

Un petit coup d’oeil également, vers la scène Transe/Tribe, hyper-bien fournie :

La groovy et dark, Forest Party : 

FOREST PARTIES LINE UP

 

Comment se rendre au Boomtown 2016, quand on est un french junglist ?

BOOMTOWN

Vous vous demandez comment vous joindre à la fête ? Ontours vous propose des départs, à des prix attractifs, dans plusieurs villes de France. Et il reste des tickets ! Foncez ! 

Juste à préparer ses plus beaux atours, son plus beau chapeau et à poser tes pieds dans le bus. C’est en plus l’occasion de rencontrer une équipe de furieux français et de se faire ses premiers souvenirs de festival.

BOOMTOWN

http://www.boomtownfair.co.uk/tickets/ticket-and-travel-package-from-paris

ontours

La programmation complète : http://www.drumtabass.com/events/boomtown-chapter-8-the-revolution-starts-now/

Le plan du festival, de ses scènes et des Labos est en ligne ! :)

dour 20166

http://www.dourfestival.eu/fr/pratique/festival-map/

La mythique Last Arena se retrouvera cette année sur votre droite, à l’entrée du site. Pour le reste, toutes les grandes aires sont au rendez-vous et notamment encore la mystique Baalzaal outdoor ! :D

dour 20166

Le programme de l’édition 2016 de Dour, heure par heure, est en ligne !

dour 2016

Qui ? A quelle heure ? Sur quelle scène ? A quel concert puis-je revoir la petite blonde flammande du camping C ? Combien de chansons de Mass Hysteria je peux voir, avant d’obliquer vers Roots Manuva ? C’est ici…  ;)

dour 2016

http://www.dourfestival.eu/fr/program/lineup/overview/

Drumtabass te propose de télécharger le programme de chaque journée :

dour mercredi

dour jeudi

dour vendredi

dour samedi

dour dimanche

 

Focus sur … Fourward @ The Wire #2 – Aéronef de Lille – 3 juin

hbd1

[THE WIRE présente] FOURWARD.
2007. Cette année-là, 4 potes se retrouvent dans la banlieue de Vienne en Autriche. Tous présentent la même anomalie génétique qui les rapproche tant : la Drum & Bass coule dans leur veines. Fourward est né.

Bad Co, Noisia, Ed Rush & Optical comptent parmi leurs influences respectives. Mais chacun apporte avec lui une myriade d’autres styles musicaux qui va faire la richesse et le succès du groupe. Ils se refuseront d’ailleurs toujours à se cantonner à une étiquette en particulier. Versatiles Fourward, qui parcourent toutes les facettes de la Drum & Bass avec une prédilection marquée pour la neurofunk et les synthés qui claquent.

Un conseil, allez jeter une oreille au fameux « Steady State » [AudioPorn Records, 2012], à l’intemporel remixe de « Alone », le morceau de The Upbeats [ft. Tasha Baxter, Vision Recordings, 2013] ou, plus récemment, au tranchant parfait de « The Storm » [Shogun Audio, 2016, ft. Linguistics].

Membre à part entière de la « Shogun Family » où ils officient aujourd’hui en signature exclusive, ils seront à Lille pour fêter avec vous a 100e sortie du label aux côtés de Icicle, Skittles et Hard Bass Dealers. On vous a dit que c’était à ne pas manquer ?

À écouter tout de suite :
« Reflections » [Jacob Plant, Fourward Remix]
https://soundcloud.com/…/reflections-feat-example-fourward-…

FOURWARD @ THE WIRE
Vendredi 03/06/2016 – L’Aéronef, Lille
Tickets: http://bit.ly/1XJ2sXWhbd1

Drumtabass presents : Focus on Boomtown Chapter 8 / [Festival- 2016]

Quelques photos pour vous donner un panorama et des idées de l’édition 2015 :

Benjamin Paul_Lions Den Daisy B_Bang Hai Palace

Daisy_Brasington_viewpoint_atmos-2 Jody Hartley_Bang Hai

Jody Hartley_Parade Old Mines_ Scott Salt

Paint Fight_Scott Salt Tom Martin

Wild West_ Cal Tristan

Drumtabass te propose de découvrir la programmation de tous les districts du fiévreux Boomtown, session 2016 !

Ska, hip hop, bassline, hardcore, arts de rue, drum & bass, techno, garage… Il y’en a pour tous les goûts.

9 Districts, 9 ambiances… http://www.drumtabass.com/events/boomtown-chapter-8-the-revolution-starts-now/

Boomtown-PRINCIPAL FLYERSD5-Poster-Final

Trenchtown-FINAL Boomtown-2016-Posters--Sector-6-FINAL

De quoi te donner l’envie de culminer outremanche, pour une virée vers l’Etat du Boomtown Fair : capitale des soundsystems et place forte des concerts made in UK !  ;)

 

 

 

DJ Hi33P – Let’s go back to 2015 – Mix

hiep

Un nouveau mix qui balaie avec virtuosité et bpm, toutes les sorties qui ont fait jumper les massives en 2015 et dans les soirées de ce crû très riche.

Bad Boy Hiep aux platines, pour votre plaisir.

Junglist, jette une oreille, lance ton pas de danse ou ton autoradio. Have a good trip…

Drumtabassement votre

 

https://www.mixcloud.com/george-abidbole/drumtabass_present___lets_go_back_to_2015___mixed_by_hi33pdj/

 

DrumTaBass_Present___Let's_Go_Back_To_2015___Mixed_By_Hi33pDj

Glaston’Dour 2015

live report

live report

 

Une myriade de pures photos de tous ces concerts, également bientôt visibles sur www.ouikeed.com !  

 

Cinq jours de festival au programme cette année, avec l’ajout de concerts le mercredi, réservé aux acharnés qui s’arrachent les premières places du camping A. On a commencé encore plus tôt, en passant poser quelques pas devant les papys du funk de Kool & The Gang la veille, à Valenciennes.

 

MERCREDI 15 JUILLET

 

Jungle entame donc les hostilités, avec des cuivres à gogo moyennement groovy. SBTRKT réhausse le ton, de leurs nappes dubstep bien plaisantes. Mais c’est bien le duo 2 many dj’s, en forme olympique, qui va  enflammer le dancefloor. Des passages new wave, de l’electro bien sentie (« Poney Part 1 » de Vitalic, découvert pour beaucoup justement à Dour !) et même de la britpop défilent. Quelques hooligans de Chelsea, aux allures de vikings norvégiens, auraient préféré du Oasis que du Supergrass pour finir. Tant pis on optera pour la Jupiler.

 

LE SON DU MERCREDI :

 

Vitalic – Poney Part I : https://www.youtube.com/watch?v=4Fpj4YTyR-k

Supergrass – Alright : https://www.youtube.com/watch?v=fwjXgskUN50

New Order – Blue Monday : https://www.youtube.com/watch?v=FYH8DsU2WCk

 

dour

 

JEUDI 16 JUILLET

 

Le camping se réveille au son des cornes de brume des noctambules pas encore couchés. A Dour, on a mangé le coq et avec de la sauce andalouse. Quelques uns utilisent les pains hamburgers coriaces pour enfoncer les sardines de leurs tentes. Chacun s’échauffe à sa manière.

La première stupeur vient pour nous à la découverte du site, sur les bpm de Kasra. La scène Redbull Balzaal a mué. Plus proche du terril, la plaine à ciel ouvert, ornée de quatre énormes piliers de son, peut désormais accueillir 10 000 festivaliers. Le son est monumental, on circule aisément dans ce qui ressemble à un surréaliste temple drum’n’bass. Seuls les visuels un peu discount nous rappellent que c’est Redbull et non pas Blade Runner.

baalzaal

(Photo / Dour Festival Facebook)

Le back to back entre Maztek et Emperor prend les manettes. La claque se confirme : les réglages sont au poil. Le set bien catchy, nous confirme tout le bien qu’on pensait du jeune italien de Renegade Hardware. Les successions de Emperor sonnent un tantinet moins fluides, mais des tracks comme « Three Point Zero » déchaînent l’assemblée.

grande sc_ne

L’année dernière, on s’était plaint du jump up, servi jusqu’à l’indigestion. Après deux heures à avoir transpiré sur le dancefloor, la dark et le neurofunk se portent bien eux aussi. Le brésilien BTK, en feat avec Optiv, éclabousse de son groove, dans une sélection qui va piocher dans les vieux bacs à skeuds. La voix démoniaque de « Son of Nitrous » des Bad Company résonne encore dans le crépuscule.

ambiance 7

Place ensuite à l’auguste Omar Souleyman (alias Omar Foul’Neiman, pour un italien fan de tuning visiblement). Les gazelles ne sont pas de la partie, mais l’electro-raï de l’ovni syrien contamine la Petite Maison Dans la Prairie. Assaillie par les ravers en djellabah, la scène ressemble d’ailleurs plus au Petit Mariage Kabyle en Algérie pendant « Warni Warni ». Souk sous acides, le show de l’émir restera longtemps notre plus grosse impression du festival.

Le duo de Brighton à la mode des Prototypes nous sert un set sans surprises, où la bombe « Lights » tient une place de choix. KRS One se démène au mic, flow encore irréprochable malgré les années, jusqu’à  en faire grimper les thugs sur les pylones de la Boombox.

boombox

De nuit, la Balzaal devient un vrai fief, dédié au carnage des musiques électroniques.

Le duo des cadors Ed Rush & Optical embrase les anciens junglists comme les plus jeunes casquettes, avec des montées virales, sur le drop de « Collision » d’Audio ou autres « Chubrub ». Icicle, dans un style plus syncopé et moins dansant, nous casse un peu les jambes. Etat optimal, corps dévasté, pour mourir sous les crampes pendant le hardcore racé de Radium. Le français a mis au placard sa batterie de remixes pour revenir aux tunes qui décapent le parquet, ça tombe bien, la Cannibal Stage en a besoin…

LE SON DU JEUDI :

Emperor – Monolith : https://www.youtube.com/watch?v=IoQYLKY_1G0

Maztek – Three Point Zero : https://www.youtube.com/watch?v=7r33rYb_Hy0

Omar Souleyman – Warni Warni : https://www.youtube.com/watch?v=lVlgMEFu1PI

Bad Company – Son of Nitrous : https://www.youtube.com/watch?v=xH5ZgJVKFOk

The Prototypes – Lights : https://www.youtube.com/watch?v=o0-HicFSCxM

Audio – Collision : https://www.youtube.com/watch?v=4hEY7ef0VgQ

Ed Rush & Optical – Chubrub : https://www.youtube.com/watch?v=VdfHsyGizQ4

 

 

VENDREDI 17 JUILLET 

 

« Est-ce que quelqu’un m’entend ? Je serai tous les matins sur le terril à 11H ». Les SOS au mégaphone pleuvent sur le camping, mais il y a encore trop de bouteilles pleines pour pouvoir les jeter à la mer.

On démarre l’après-midi avec le « rap » versaillais du Klub Des Loosers qui aujourd’hui n’a pas volé son pseudo. Pour le coup et étant plutôt fans, Fuzati irrite et le liveband derrière semble sorti d’un ascenseur.

On se sauve vers la Cannibal pour le show des routards de Dour : Lofofora. Reuno a la niaque et vanne les slammeurs au poppers « ça va te faire te chier sur tes pompes, mon pote ». Les toulousains ont pris de la bouteille, mais en gardent dans le slip : ce sera massivement du gros punk et les nouveaux morceaux qui seront mis à l’honneur. Le groupe rend un hommage émouvant au chanteur de Parabellum et reprend « Le Port d’Amsterdam » dans une version keupon que Jacques Brel n’aurait sûrement pas renié, après avoir vomi. Pour notre 13ème  concert de Lofo, on ne boude pas notre plaisir sur les coups de tambour du « Fond et la Forme » et la double pédale de « Justice pour Tous ».

dour  3

Le superband Tony Allen Review est parfait pour profiter du coucher du soleil. Rêve éveillé d’entendre la voix de Damon Albarn chantonner, les yeux écarquillés comme un gamin derrière son piano. Plaisir de voir le frontman de Blur, vêtu de son plus beau polo briton, s’amuser à expérimenter de nouveaux sons jazz satinés. Le timbre légendaire d’Oxmo Puccino sur une version revisitée de « L’Enfant Seul » lance des vocations parmi les premiers rangs.

On change radicalement de registre avec le musclor Kaaris qui vient du « 9 … 3 » comme il s’acharne à nous le répéter. Certains aventureux tentent quand même de sniper le colosse avec une bouteille de Fanta. Kaaris oublie de débrancher le vocodeur pour saluer les belges. Mais on lui pardonne, nous on est venus pour sa poésie : « On te casse le cul // et on le répare ».

 kaaris

C2C jouent les orfèvres du turnablism, même si des bad boy des favelas de Lille préfèrent leurs projets solo. Passage éclair à Adam Beyer, tant la Balzaal prend des allures de bousculades du Titanic, avec la foule venue pour le techno.

c2C

La drum’n’bass, Subfocus ? Il t’en fait du gaspacho. L’anglais nous sert une bonne soupe assaisonnée, mais peu épicée, où ses tracks les plus liquid passent au moulin. Mais ce n’est pas pire que DJ Fresh, qui pour le coup est passé carrément du côté obscur. Bientôt dans les prochaines pubs Coca Cola !

subfocus

Le barbu métalleux de Pendulum tient ses promesses. Des morceaux des années 2000 comme « Blood Sugar » ou « Fasten Your Seatbelts » mettent un peu la fièvre.

La nuit se conclue en beauté, avec les caméléons de Noisia. On est toujours admiratifs de leur capacité à s’adapter aux courants musicaux. Après une période drum’n’bass bien sentie, une techno maîtrisée, les bataves nous servent un set complexe mais mixé divinement, où se côtoient trap, featurings avec Dope DOD notamment et accélérations nerveuses. « ça c’est encore Audio » me souffle un blond étrange, qui mime des coups de couteaux tout en jumpant.

 

LE SON DU VENDREDI :

 

Lofofora – Justice Pour Tous :  https://www.youtube.com/watch?v=_TYJWv2vatg

Lofofora – Amsterdam : https://www.youtube.com/watch?v=IzGSQKfA0Z4

Oxmo Puccino – L’Enfant Seul : https://www.youtube.com/watch?v=d40sUi3oW_o

Kaaris – Dès le départ : https://www.youtube.com/watch?v=7X5b76mdD84

Pendulum – Blood Sugar : https://www.youtube.com/watch?v=JM07HYSGVho

Pendulum – Fasten Your Seatbelts : https://www.youtube.com/watch?v=UINhE8L1yXg

Two Finger feat Noisia – Salah : https://www.youtube.com/watch?v=Krx2FT5dfBg

 

 

 

SAMEDI 18 JUILLET

 

Les batteries sont rechargées pour l’esclandre à venir, sur la Cannibal. Le frontman de Terror, actuellement malade, est remplacé par leur furibond bassiste. Le gueulard harangue le pit et arbitre les rixes entre bandes de Los Angeles (avec Terror) et gangs du Connecticut (avec Hatebreed ensuite). Les maillots de basket US sont de sortie, les air max vrillent dans les airs : deux claques grandioses et solennelles. Même si le timbre de voix est différent, le chanteur s’en sort bien et claque une prestation de haut vol, sur « Overcome » ou « Always the Hard Way », repris en chœur par le public furax. Même constat pour Hatebreed, en walkyries nocturnes, qui dérouillent encore tout sur le passage. Des visages se transforment dans le pogo, en headbangant furieusement sur « I Will Be Heard ».

Entre temps, le lutin de Playaz, Hazard, fait bien les choses. L’habileté aux decks est déconcertante. On s’éloigne parfois du jump up concis, pour virer vers des mutations trap ou neuro, dans un set plus subtil qu’il n’y parait. L’anglais met tout le monde d’accord sur l’agité « It’s spelled PIMP » de Modified Motion et lève un tourbillon de poussière avec sa dubplate « Darkside remix ».

drumtabasss

Le compte à rebours du logo Full Cycle lance l’un des shows les plus attendus : Roni Size Reprazent. Frissons pendant que l’anglais égraine une à une, les pires salves jungle de Bristol que tu as pu entendre de ta vie. Tentés de croire que c’était une fausse bonne idée de programmer la formation en chapiteau, le résultat est pourtant bluffant. Basse et violoncelle sur scène, se mêlent aux frasques électroniques du producteur. La voix suave d’Onalee sur « Lucky Pressure » allume des briquets. Dynamite catalyse les massive : « Dirty Riffs, Dirty Beats, Dirty samples », tu m’étonnes !

roni2    roni

Andy C prend le relais, en même temps qu’une pluie apocalyptique se déverse sur la Plaine de La Machine à Feu. Le magnat de RAM Records compresse les morceaux vocaux, avec une rapidité effarante. Les combos sont nickels mais on est un peu frustrés de n’entendre que bribes d’anthems comme « Airplane », au sacrifice de la technique. « Whipslap » de Dimension, met aux anges les milliers de ravers de la Balzaal, depuis quatre jours déjà.

Photo Axel Pics

(photo : Axel Pics)

On termine avec les rewinds et beats scratchés hip hop US de J Rocc, qui balance déjà du Snoop Doggy Dog et du DMX pour échauffer les trempés du ghetto pour dimanche.

 

LE SON DU SAMEDI :

Terror – Overcome : https://www.youtube.com/watch?v=HVJoSgQS4mY

Terror – Always the Hard Way : https://www.youtube.com/watch?v=XGR0jtA6NXg

Hatebreed – I Will Be Heard : https://www.youtube.com/watch?v=BG5N9nBsiE4

Roni Size Reprazent – Lucky Pressure : https://www.youtube.com/watch?v=zkWBrbAyNCU

Roni Size Reprazent – Dirty Beats : https://www.youtube.com/watch?v=Kb9HACLDTwk

Roni Size – Brown Paper Bag : https://www.youtube.com/watch?v=cwI0gbGEyuI

DJ Hazard – Darkside Remix  : https://www.youtube.com/watch?v=tsIbj0r0uQM

Modified Motion - t’s Spelled P.I.M.P. : https://www.youtube.com/watch?v=D02LpKAmvg4

Subfocus – Airplane : https://www.youtube.com/watch?v=dLDrqCgDVsE

Andy C – Heartbeat Loud VIP : https://www.youtube.com/watch?v=CizqApSwfjQ

Dimension – Whipslap : https://www.youtube.com/watch?v=-Y3COcranZQ

 

 

DIMANCHE 19 JUILLET

 

« Il paraît que Lauryn Hill a volé un rouleau de papier toilette  dans les douches, raison de son retard hier. »  Les scoops tombent ce matin.

 

Skepta n’est (encore) pas là, mais son brotha JME nous le fait vite oublier. Une demi-heure de set où l’anglais ne lâche pas le micro, pour une prestation grime énervée. Scuba déclenche les premiers pas chaloupés, sur sa techno UK obsédante. Nneka est à ranger aux côtés des gros moments live du festival. Le dimanche se transforme en périple de découvertes et de décibels différents. On se prend un peu trop pour les pionniers du Far West en misant sur La Muerte, palme du meilleur blaz du festival. Grand moment de solitude : un chanteur en toile de jute façon épouvantail, beugle sur du punk de motards.

ddub corner

Les cris mexicains sont encore dans les oreilles, pendant qu’on skanke à la Dub Corner sur le collectif Channel One, grand habitué des Tour & Taxi de Bruxelles. Hudson Mohawke nous ramène dans les bas-fonds de la trap londonienne, avec des beats lancinants mais terriblement efficaces, petits pas sur « Chimes » en écho.

 snoop 2   snoop dog

On prend les devants pour avoir une bonne place pour la tête d’affiche, Snoop Dogg. La tête de doberman préférée du hip-hop glisse un à un tous ses tubes, revisitant aux passages toutes ses mutations, du Dog au Lion, en passant par le funk de Snoopzilla, sans une once de playback. Ce soir, les yeux rouges (de larmes bien sûr), c’est Snoop Karmeliet qui fait le show. Comme n’importe quel festivalier lambda, Snoop s’amuse, frétille en se frottant aux derrières de ses caniches siliconés et fait plaisir à voir. Comme tout bon douriste, il n’a pas toujours bon goût et s’éclipse, au moins sans n’avoir rien pris dans ta tente, sur un misérable morceau de Bob Marley. Inimitable.

snop4

Les doux cinglés de Salut C’est Cool nous donnent des leçons de cuisine, sur du gros son techno : « Comment faire une bonne purée, putain ?! Dour, quel est votre secret ? ». Moi c’est les calamars délicieux du stand food. La bouffe des gangsta, mon pote. On kiffe même les hipsters pendant ce concert. On termine cette édition avec le breakcore live de Vandal et la came berlinoise de Marcel Dettmann, faute d’avoir réussi à se démultiplier dans le plateau techno très riche cette année.

 

 

LE SON DU DIMANCHE :

JME – If You Don’t Know :  https://www.youtube.com/watch?v=vavAaFUPVp0

Nneka – Heartbeat : https://www.youtube.com/watch?v=yrcJuUDmbXU

Hudson Mohawke - Chimes :  https://www.youtube.com/watch?v=k_MWuP2Qj7U

Snoop Dog – What’s My Name : https://www.youtube.com/watch?v=-hIjgofcuWU

Snoopzilla – Do My Thang: https://www.youtube.com/watch?v=TCG366PW4mc

La Muerte – Lucifer Sam : https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=Oc8WUsbB0-8

Salut C’est Cool – La Purée : https://www.youtube.com/watch?v=Hl1thnPla7E

 

 

dourr

 

Un sentiment est plus frappant que les années précédentes : celui de communion entre les festivaliers. A certains égards, même dans la boue, l’esprit festif  et le cadre du festival rappellent de glorieux aînés comme le Glastonbury.

Pendant ces cinq jours, aux hasards des chemins, on a croisé des bordelais fans de techno qui ne nous ont pas pris pour des néophytes, tout comme des rappeurs en béquilles déguisés en DMX, vêtus de t shirts « Ce sera toujours mieux que ton t shirt Wu Tang ». On a tapé la discute avec des écossais, aussi exigeants sur le dub qu’incollables sur Ninja Tune et le stoner.

On a dansé sur des DJ calibrés et partagé des performances d’artistes inspirées. Mais certainement pas de pipe à crack, ni de téléphones qui prennent des selfies, au lieu de profiter des concerts, comme au Pays de Demain. Dour incarne plus que jamais la variété et le mélange, dans le paysage des festivals européens. Les journalistes qui s’évertuent à en faire une « zone de non-droit » comme on a pu le lire, n’ont certainement pas engagé la conversation avec un seul des festivaliers.

Au bilan de cette édition 2015, Dour est resté fidèle à sa carte et son pari : proposer toujours plus de groupes, balayant toujours plus de spectres musicaux, en offrant encore davantage d’expériences musicales (comme cette année la révolution hypnotique de la Balzaal).

Bosco / www.drumtabass.com

drumtabass