Dour commence demain ! Nos coups de coeur TECHNO

I hate models

DOUR 2019

Cette année, ta DTB Family a décidé de faire aussi un petit focus sur la scène techno du festival aux éoliennes. Une sélection quotidienne des endroits sur lesquels on taperait du pied en dansant, comme sur les plus belles pistes de ski de fond savoyardes !

 

Mercredi, pas de doute, on fonce sur Red bull Elektropedia Balzaal :

 

Amélie Lens s’est occupé de la programmation aux petits oignons, a l’effigie de son chef d’oeuvre Exhale (album sortie en 2016 par la jolie belge).

On pourra y retrouver des pointures pour un début de festival sur vitaminé :

 

-Farrago

-Anetha

-Adam Beyer

-Amelie Lens

anetha

Crédit photo : Blocaus (http://blocaus.com/anetha )

Une attention toute particulière à notre pépite Française, Anetha, jeune Bordelaise née en 1990, en pleine ascension avec une sélection impitoyable sur les plus beaux opus techno de cette décennie, membre du collectif Blocaus (Paris). Elle s’est très vite fait un nom en écumant les plus beaux lieux de l’hexagone, Rex Club, I-boat pour gentiment arriver au commandes du Berghain (De- Berlin) il y a deux ans.

Elle a su conquérir un large public et marquer les esprits avec son set Boiler Room Acid Train à Amsterdam l’an dernier.

 

Anetha – Red Bull Electropedia Balzaal – 21h30/23h00.

Jeudi, SURPRISE, on se dirige vers La Petite Maison Dans la Prairie :

Alors là, autant dire qu’ils ont mis les petits plats dans les grands au pays de la boulette, on ne va d’ailleurs pas trop en déguster, en effet un line up complètement fou, place à l’expérience ce 11 juillet :

  • Richie Hawtin (Closer Live)

  • Laurent Garnier (2 hours set)

  • Denis Sulta

Trois artistes, trois déclinaisons de la musique. En effet, chacun a contribué à sa manière et à son époque a mettre sa pierre a l’édifice pour faire respecter la techno sur la scène internationale.

Richie Hawtin

Petit focus sur le roi de l’expérimental dans le domaine, Richie Hawtin, né au pays du thé et du cheddar, il a grandit chez les caribous avant de s’installer à Berlin. Un mélange unique qui fait de se Dj un des plus entreprenant du milieu.

On le connaît aussi sous le pseudonyme de Plastikman, ou il s’amuse à composer et réaliser un album en 5 jours, vous avez peut être eu la chance de le voir au Space (Ibiza) ou encore à la Time Warp ( De – Mannheim). On fera l’impasse sur la Californie et New York par exemple…

 

 

 

Il pose ses valise à Dour pour y présenter son set Closer, un live/dj set mélangeant video et musique qui casse les frontières scénographiques entre l’artiste et le public, encore une fois sa folie l’a mené à un résutat extraordinaire ! A ne manquer sous aucun prétexte !

 

Richie Hawtin, Closer – La Petite Maison dans la Prairie – 22H45/00H00

Laurent Garnier

Crédit photo : Greenroom

Impossible de ne pas faire une halte sur le dieu Garnier, maître incontesté et reconnu par tous. Ta mère, ta tante, ta sœur, même le fils de ton frère le connaît, et oui, le talent ça paye ! Ce qui lui a même valu d’être le premier DJ électronique à obtenir une Victoire de la musique en 98 (allez les bleus!). Jack Lang a su lui aussi placer ses billes en lui décernant La Légion d’Honneur en 2017 !

 

Impossible donc de le dissocier de cette émergence musicale. Il nous a amené ce courant electro en traversant la manche, sa résidence à l’Hacienda (Uk – Manchester) a totalement accéléré l’ouverture du compteur entre les deux pays .

Des productions plus que significatives, des véritables histoires sur scène comme ta grand mère a pu te raconter dans ta jeunesse et une présence scénique font de Laurent un Dj hors pair !

Cette année on aura la chance de profiter d’un set de 2 heures du maestro.

Laurent Garnier – La Petite Maison dans la Prairie – 00H30/02H30

Vendredi, on mêle l’indus à l’acid et on reprend le chemin vers la scène des deux taureaux :

Troisième jour, encore une fois, un line up de qualité, totalement évolutif tout au long de la soirée :

 

-Local Preachers feat Raw District, Enzo Postiga & Rodham

-Amekmar

-Jayhauser

-Dr Rubinstein

-I Hate Models

-Paula Temple

-Nina Kraviz

 

Foudroyante, c’est le synonyme maître de cette soirée de début de weekend. Une approche plus brutale mais totalement maîtrisée par des as du domaine saupoudré d’une expérience hors norme pour fermer le bal.

I hate models

Crédit photo : ParisBouge

Notre coup de cœur: I Hate Models.

Détrompez-vous, derrière ces allures de gamer se cache un véritable artiste !

A tout juste 21 ans, le jeune homme a su concocter et mettre en avant une techno indus expérimentale totalement innovante, mis en avant grâce à un media très connu au fond rouge. C’est sur fond noir qu’on peut décrire cette musique exceptionnelle de ce loup solitaire qui arpente depuis plus de deux ans les plus grosses scènes Européennes.

On peut citer un live renversant et plus qu’entraînant lors de la Rotterdam Rave (Nl – Rotterdam) de décembre dernier. Son visage couvert d’un bandana, c’est totalement ouvert qu’il nous distille un set audacieux.

Son album mystérieux « l’âge des métamorphoses » sur le grand label Perc Trax est un mélange d’énigmes et de sobriété électronique très élégant.

I Hate Models – Red bull Elektropedia Balzaal – 22H00/23H30

Samedi, c’est la pleine lune ? On se dirige vers La Salle polyvalente.

Dans la lignée du vendredi, on passe au dessert . Une petite part de forêt noire ? On clôture une après midi métal pour ouvrir une soirée Indus, notre équipe a fait le choix dans sa sélection. De la découverte et de la surprise en vous proposant de vous diriger vers des artistes techno atypiques :

 

-Skee Mask

-Ansome

-Under Black Helmet

Ansome

Dimanche, « this is the end ! » notre côté tech se tournera, à partir de 22h, de nouveau vers la scène énergisante. Une affiche beaucoup plus « headliners » qui va en enchanter tout de même plus d’un : 

-Tale of us

-Kölsch

-Charlotte de witte

Charlotte de witte

Une dernière halte mais pas des moindres, Charlotte de Witte, talentueuse aussi bien dans la production avec ses bombes comme « Closer » ou ses remix de Jones & Stephenson « The First Rebirth » et Eats Everything – Space Raiders que dans ses mixs à travers le monde.

La petite des Flandres débute, comme beaucoup, dans sa chambre, en 2010. Elle se produit pour la première fois dans un petit bar où elle vient d’acheter le jour même ses cdj et son ordinateur, suite à l’obtention de frais d’assurance suite à un accident en scooter, comme quoi, Blanche-Neige finit plutôt bien.

En 2011, elle remporte le Dj Contest Red Bull Elektropedia lui permettant de passer du troquet à la grande scène du Tommorowland, avec en prime une résidence sur la reine des ondes belges, Studio Brussels. C’est sous le nom de Raving George qu’elle commence a officier a travers son pays.

En 2015 elle créer les célèbres KNTXT au temple de la techno Belge, Le Fuse. C’est la même année qu’elle tombe le masque, byebye Georgy bonjour Charlotte, de son vrai nom De Witte.

La suite, dans les grandes lignes, on la connait : madame qui faisait tremblait les murs d’une friterie voisine, déplace des montagnes à l’Alpes d’Huez lors du Tommorowland Winter 19′.

Une pointe d’assiduité et un calme déroutant derriere les decks, mais ne nous méprenons pas, devant les caissons c’est un véritable « Manneken Pis » de bass !

Charlotte De Witte (Closing Stage) – De Red Bull Elektropedia Balzaal – 01H00/02H30

Voilà, on vous souhaite a tous un excellent Dour 2019 et on espère que notre face T’ vous aiguillera vers de nouvelles découverte.

Musicalement.

Paco, Drumtabass Team