DTB Flavour #10 – DJ Hughes (Unlike Sessions)

DTB Flavour 10 Hughes

DTB Flavour 10 Hughes

Le mix :   https://www.mixcloud.com/DrumTaBass/dtb-flavour-10-hughes/

Pour les 20 ans du crew de diggers junglists, nous avons décidé de donner carte blanche à un oiseau de nuit magnanime, Hughes, expatrié du crew Unlike Sessions. Unlike, c’est qui ? C’est quoi?

Simplement ceux qui ont contribué à mettre le dubstep, la jungle, le grime et le garage de bon goût, sur la carte des soirées lilloises, à une époque où tu prenais tes claques et ton éducation dans les soirées Drum’n'Grass, Stamina, Unity, 1Step4Ward, R9, Hard Bass Dealers ou Improbable.

unlike sessions 2

Salut Hughes ! Pour ceux qui te connaissent moins, peux-tu rapidement te présenter et nous introduire aux gangsters du posse Unlike Sessions ?

Salut, j’ai 43 ans et Je suis tout avant un fêtard (ou j’ai été. Je fais un travail sur moi en ce moment par rapport à ça! ^^). Un gars qui a trippé dans de multiples soirées, festivals, clubs, concerts, raves : appelez les comme vous voulez!

Sur de la techno ou devant Iggy Pop, sur Fatboy Slim ou Channel One, Garnier ou Sleaford Mods ou The Special, David Bowie, The Charlatans ou Roni Size… Bref, je n’ai sans doute pas festoyé devant tous les genres musicaux de la planète mais pas mal quand même. Et surtout, j’en suis assez fier, dans des milieux/endroits différents.

Il n’y a pas si longtemps que cela un clubber ne mettait pas les pieds en festival : trop sale. Et un adepte de la free dans un festoche : trop mainstream. Chaque délire avait son carnet de route et fallait pas le transgresser… A vingt piges, je me pointais en chemisette et gel dans les cheveux au petit matin, après une nuit de clubbing en free party… Je sentais bien que je n’étais pas dans le moule, c’était très drôle.

J’ai eu un créneau sur une radio qui ne diffusait que de l’électronique. A l’époque c’était novateur. 1999: Unlike Sessions était né. De là, des rencontres chez le disquaire « Stamina » ou en soirée dans les vieilles caves lilloises. Voilà comment tu montes une équipe au fil des années.

Dreadless en premier (à l’origine de DTB, vous savez). En plus de sa qualité de DJ, il a mis en ligne les podcasts de l’émission sur le net, en l’occurence sur les forums GetDarker et Barefiles. Là où il y avait toutes les émissions Rinse. Il n’y en avait pas des masses à l’époque. Et je crois même qu’on était les seul Français.

Ensuite Sch’pr « Le Puriste ». En plus de mixer, il nous a bien aidé, en pondant pas mal de flyers.

unlike 4

Jaka « Le Junglist » qui a été le moteur ces dernières années niveau radio et sur les soirées.

 P Boy « Le fougueux » toujours là aux grands rendez-vous et toujours prêt à venir me chercher aux urgences (private joke).

 Hom « Le technicien » qui nous a rejoint sur le tard mais qui est un Old Timer Lillois, grave enthousiaste, un bon soutien!

 Kurtz qui a fait une saison ou deux avec du Footwork au moment où il le fallait. Il est à l’origine, avec Jaka, de la soirée avec Moresound.

On a régulièrement Jeet Kune aussi qui passe avec sa Jungle, pareil un vieux de la vieille. A l’origine de l’émission Jungle Pressure avec Natty ho et Tshang et aussi un des premiers activistes avec multiples soirées, dont celles au Rock line (pour ceux qui savent).

Et enfin Insolent de chez Bastardz, fraîchement arrivé en renfort, parce que woué, faut faire descendre la moyenne d’âge de la team. Il a de belles valeurs, en plus d’être doué. Et ça nous rapproche des forts actifs sur Lille. ça le fait!

 Voilà on me demande de parler de Unlike Sessions, Bah sans tous ces gars, ca n’existerait pas. Je me repose sur chacun d’eux et ça a permis d’arriver à 20 ans d’existence.

unlike sessions 1

Tu navigues dans tes sélections, dans un univers volontairement éclectique et poussé. Quelques souvenirs en tête, je pense à un uppercut grime japonais (Dekishi/ Katapan) en frontlive au Quesne Au Leu, qui débarquait de nulle part dans une grosse montée. Tes mixs sont souvent habités et partent en fièvre.

Eclectique, mouais… Je reste quand même dans un genre UK assez proche. J’aimerais être encore plus large. Mais je vois ce que tu veux dire. Jouer que des tunes Dubstep à la suite ou Grime ca m’ennuie d’une force. J’aime bien faire des vagues. Par exemple, on rentre dans le trip Dubstep et d’un coup ça switch sur un 4×4 garage pour se lâcher un peu et un grime pour le coté hip hop rude boy! En gros : faire rentrer le public dans une vibe et le sortir de là avant qu’il (ou que je) s’ (m’)ennuie. Putain les DJ qui jouent le même style pendant une heure en 2019… Waouh c’est pauvre et tellement facile !

Des moment marquants : au Beurss’ à Bruxelles, salle de malade où j’ai vu quelques mois auparavant Skream et Plastician (aujourd’hui Plasticman) à leurs débuts. Je me retrouve devant le public; je déroule… Je balance genre un Grime’n'B, un genre de Grime avec une nana qui chante. Je pensais calmer la salle, genre c’est les slows là, bah mon cul! Pull Up et tu recommences.

 Quand je mixe, je joue ma vie, c’est comme si je tirais ma révérence à chaque fois. Je cherche à mettre une claque sur chaque enchaînement. De fait, c’est à double tranchant. Premièrement t’es rarement satisfait de toi même. Même si on te complimente, intérieurement tu sais qu’il y a des combos que tu aurais pu mettre plus haut. Au fil du temps, c’est devenu un peu quitte ou double, soit ça passe soit ça casse.

hughes

A côté de ça, Unlike a aussi booké El B, qui est de la came de connaisseurs. Il y a-t-il une volonté chez toi de sortir certains artistes de la niche underground, en les mettant sur le devant de la scène? Ou au contraire est-ce un malin plaisir de les proposer à un cercle d’initiés?

Oui il y a un peu l’idée de ne pas sortir le ou les gars que tu vois partout. On espère avoir un peu d’avance sur la découverte d’artistes même si avec Internet, aujourd’hui c’est moins facile.

Mais ce genre de dates marquantes sont plutôt dues à des circonstances. Pour El B, il venait de sortir un mix sur GetDarker, qui nous avait bien plu. Et je l’avais rencontré à Bruxelles quelques mois auparavant, on avait échangé nos mails.

unlike sessions 3

Tu es un routard des soirées belges, tu postais dans le temps, même sous un avatar E17, dont la référence est explicite. Quelle est ton opinion sur la scène belge actuelle ?  Je crois que les festivals, les one-shot à Dour, sont toujours un délire qui t’a branché et te font toujours raver. Tes petits chouchous ? Ceux qui te font tiquer et pourquoi?

Pas facile cette question… Je ne bouge quasi plus mon cul, peur de m’ennuyer et vie de famille combinée, explique cela.Je ne suis plus assez dedans pour répondre. Juste parce que c’est à côté de Lille et que j’y fais un tour (quand même). Le fait que Live Nation ait repris Dour m’inquiète un peu sur les futures programations. En mm temps, ça fait un bail que les punks ont déserté ce festival (il n’ont pas attendu!).

Tu aimes représenter des artistes d’univers moins afférents à la bass music. Dans la rédaction, on kiffe aussi les Sleaford Mods, pour ne citer qu’eux. De quels artistes as-tu acheté les vinyls récemment?

Le dernier vinyl que j’ai acheté c’est le dernier de Wild Belle. J’ai du importé des US. Une sorte de groupe pop qui sonne Ska, Dub, festif et facile. ça me change de la vibe dark que je peux avoir tendance à jouer.

wildbelle

Par qui jures-tu, même en temps de crise, hors bass zone ?

Joy division, Eminem, Philipe Katerine, Foals, The Stones Roses, Bratmobile et plein d’autres trucs.

Parle nous un peu de ton mix !

J’ai voulu caler quelques vieilleries Drum’n bass et au final ça a donné un one Shot 100% DnB vinyls. Pour le reste, Allez checker ma dernière émission Unlike Sessions de l’année, celle du 20 décembre 2019. Vous y trouverez pas mal de styles. ça me correspond bien.

Quels sont les projets à venir pour Unlike Sessions, en 2020 ? Un hymne ultra pour l’Euro de football ?

Rien ^^. 10 ans de plus peut être (NDLR : WORD!) . On n’a pas vraiment de business plan. On s’en bat les couilles.

hughes 2

En ces temps de prohibition, où les troquets nouent pactes et alliances avec Pelforth ou Grimbergen, tu mènes également une activité parallèle, dans l’univers des craft beers au shop « speakeasy » Bières Des Halles, à Lille, que la rédaction vous conseille. L’abus de bons breuvages alcoolisés est fortement  ̶d̶é̶ conseillé pour la d&b.

Ahaha, oui je bosse dans un shop de Bières dans les halles couvertes de Wazemmes! Bières des Halles: « Tradi ou Craft ». Le point commun de l’époque où j’étais vendeur chez Stamina Records? C’est que les gens s’arrachent les nouveautés avant qu’il n’y en ait plus. J’ai récemment reçu une Dark Ale qui s’appel: » White Label ». Tout est dit.

bdh 2

white label

Merci grandement à toi pour cette petite discussion. On te retrouvera avec le crew, à la Inner Suburbs Pressure au Musical, à Lille Fives, le 11 janvier, pour une soirée ghettorumble, dans la banlieue de Lille (pour faire plaisir à Hom)!

Drumtabass Crew.

unlike sessions musical