DTB Flavour #12 – Nixus (Cheeky Monday / The Bass Society / Hard Bass Dealers)

Berton 12 flavour avatar

Le lien vers le mix : https://www.mixcloud.com/DrumTaBass/dtb-flavour-12-nixus/

Berton 12 flavour avatar

Pour cette édition, on a l’immense plaisir de recevoir pour notre DTB Flavour 12, le plus hollandais de tout les Français, j’ai nommé : Nixus. Je crois que toute l’équipe attend ce moment depuis la création de nos rendez-vous mensuels. 

- Nixus, bonjour , Dag, es-tu prêt pour le jeu ? 

Rouyeuhmédarh’ Drumtabass et merci de l’invitation! Je suis TOUJOURS prêt poooooour … LE JEU !

Ceci, c’était la première question. Sinon, on te sait grand adepte du UK bass sous toutes ses formes, pour revenir à l’origine, d’où est parti le « point zéro » ?

Originellement le point zéro se trouvait entre le bout gauche de ma règle et le petit trait avec marqué » 1  « . 

Pour son anniversaire en 1993, un de mes grand frères a organisé une rave-party dans le jardin familial. Jusqu’au moment où la daronne a carrément piqué les fusibles et mis fin au bordel, mais le mal était fait : déjà derrière la bouille innocente et rondouillarde de Bertil pointait Nixus.

Après ça mes grands-frères en ont eu marre de mes interminables questions à leurs retour de 48h de fête et ont décidé de m’emmener dans une rave sauvage, dans l’ancienne usine Nutella de Villers-Ecalles en Normandie. Je pense que j’avais 12/13ans. Même Noël Mamère, alors en pleine campagne présidentielle, était là.                                       (NDLR : et pas Wiley…).

De racines Corses, originaire de Normandie, adopté des Hauts de Frances et aujourd’hui habitant des rives de l’Amstel, peux tu nous parler de ton évolution musicale selon les différentes cultures que tu as pu côtoyer ?

La réponse se trouve plus ou moins dans la réponse précédente, mais approfondissons ici si vous le voulez bien.

Tout morpion (7-10ans), j’étais dans un programme scolaire appelé Horaires Aménagés : en gros tu te tapais le programme de l’école en accéléré le matin puis tous les après-midi au Conservatoire de Musiques. Chorale, solfège , histoire, pratique intensive d’un instrument… beaucoup trop relou pour moi, j’ai vite arrêté. Mais cette période m’a appris le béaba de ce qu’est la musique, comment elle s’organise, se lit, se vit aussi d’une certaine manière.

Mes frères et sœurs écoutaient surtout du rock, du rap et de la musique électronique (sur des K7 aux décorations mystérieuses) sans distinction, vraiment… J’ai donc un peu épongé leurs goûts musicaux, comme ce fut un peu le cas pour toutes celles et ceux qui ont eu (la chance) d’avoir des grands frères et sœurs.

J’aimais bien la tek qui passait dans mes premières free-parties mais bon, c’était pas non plus le gros kif, à l’époque mon intérêt était porté ailleurs. Prémisses de l’ADSL (lol), mIRC, Kazaa etc… et les mixtapes live : certains achetaient les K7boxes à la fin des raves en Angleterre et les ripaient pour ensuite les upload sur ces plateformes de partage en ligne. Je m’écoutais pour ainsi dire que la jungle dnb, et ce dès mes 14 ans : Ganja Kru, Asian Dub Foundation, 2badMice, Ray Keith, Aphrodite, 4Hero …

J’ai fini par acheter ma première paire de platines à un ami du Bad Joke Kru, Frantz, lorsque j’avais 17 ans. Et déjà une petite collection de disques chinés ici et là.

En arrivant à Lille j’ai découvert une vrai bouillon de culture autour de la dnb. Des supers soirées, un magasin de disques essentiel et tant regretté (Long Live Stamina Records) et des crews différents, pas toujours potes (on sait même pas pourquoi?!) mais variés, ça respirait quoi.

À cette période j’ai rencontré Gus et Ben de Digital Soap qui tenaient l’émission Hard Bass Dealers. Ca a tout de suite accroché et on est restés très proches, et ce même après mon départ de Lille en 2011.

En trois réponses, tu dois avoir une petite soif, quelle est ta boisson favorite ?

 Moi, j’aime la caipirinha avec du sable à la place du sucre (NDLR nous aussi!), la bière salée …ou un picon-Karmeliet.

bertil 2On y retourne, on va parler de ton actu, Cheeky’, un crew, une famille. Une anecdote sur ta rencontre avec les loustics ?

 

J’ai eu un bon gros coup de chatte avec Cheeky au début, même si vous me direz : « La chance, ça se provoque! » (NDLR Dans 36 Quai Des Orfèvres la réplique exacte est « Les coups de cul, ça se provoque »). En effet, à mon arrivée chez ces bataves, j’ai commencé à travailler dans une entreprise qui employait déjà des résidents de Cheeky (Spud, Gibbo, Robin Terminal…), et les autres résidents, ainsi que le grand manitou Loz étaient des clients fidèles et réguliers. 

 

Après moult palabres, reniflages de culs et autres politesses j’ai enfin eu mon premier slot à Cheeky Monday, le 26/12/2011. 

 

Boxing Day.

 

J’avais plus un poil de sec mais j’étais ready.

 

Je devais quitter le taf à 01am précisément et être en scène à 01h15, et avais donc prévenu mon collègue veilleur de nuit de ne suuuuuurtout pas être à la bourre. Bien sûr cet enculé de Marvin (fawaka mijn broski?!) est arrivé en retard et je ne suis fait chambrer de ouf par Adi-J en arrivant au Winston Kingdom en mode : «Oh lui eh, on l’invite pour la première fois et il arrive à la bourre?? Fucking Frenchman…» . Piqué au vif, j’ai marmonné une excuse à la con et me suis littéralement retrouvé poussé derrière les platines… 

 

Et je les ai dé-fon-cés . Coup de foudre avec cette équipe d’acharnés, qui depuis 2005 produisent CHAQUE PUTAIN DE LUNDI SOIR une danse jungle dnb avec des headliners et des talents locaux.  I love Cheeky Fam…

bertil 7On a pu voir une foule de personnes s’amasser aux portes des coffee récemment, le 30 Mars, tu devais normalement partager l’affiche de la Cheeky Monday avec DLR, Sinistah et Multiplex au Melkweg (Amsterdam) . DLR, une pointure, une track fétiche du maestro à nous faire partager malgré les temps qui courent ?

Grosse panique de stoners, effectivement, lorsque la fermeture des hôtels, restaurants et cafés (les cs tombant sous cette appellation) fut annoncée à Amsterdam. Je trouvais ça assez rigolo pour être tout à fait honnête…

Malheureusement le 30 mars ainsi que tous les autres danses sont reportées à de jours meilleurs, avec un programme qui sera toujours aussi varié et solide chez Cheeky Monday.

Au sujet de DLR : j’ai beaucoup aimé son album avec Octane au début des années 2010, puis son album solo était tout aussi intéressant, le mec a une vraie patte, un son assez reconnaissable qu’il a exercé sur des labels aussi prestigieux que Metalheadz, Dispatch ou encore son écurie-maison Sofa Sound. En toute franchise, son récent travail sous l’alias The Sauce (en collaboration avec Hydro et Spinback de Total Science) est selon moi le plus abouti et pêchu de ses projets.

bertil 5

Debout, tu as dormi ?

Oui, ça m’est arrivé, mais ça c’était quand je me douchais avec des graviers ou que j’embrouillais le ciel en plein orage, à poil, en Croatie.

Une petite curiosité : les Pays-Bas c’est beau, c’est cool, le territoire bleu blanc rouge ne te manque pas sur certains points ?

Ce sont les mêmes couleurs de drapeau, mais regardées sous un angle différent, ces deux pays…

 Ce n’est pas si loin de Lille, et parfois ils s’essayent à parler gaulois, et c’est franchement hilarant (d’aucun dirait irritant). Par exemple ils sont incapables de dire parapluie. Non, ici, c’est « paraplue?! » .

Bien évidemment, certains aspects (surtout culinaires) de la France me manquent. Les amis, la famille… me manquent aussi parfois (quoique).

Le marché-zoo du dimanche matin me manque tout particulièrement.

Le reste j’en ai rien battre:  la France reste mon pays, mais je ne pourrais plus appeler cet endroit “chez moi”, tu vois?

Toi qui t’es produit sur pas mal d’événements en Europe, quel est ton plus beau souvenir ?

Jouer dans la vieille ville à Palerme, c’était formidable. Une expérience incroyable.

Mon premier gig au Royaume-Uni était une dinguerie, jouer sur le Sinaï Sound System avec mes bros V-Max, Grimaz et l’inénarrable Absurd c’était foooooooort… ce même Grimaz ma faufilé en douce sur leur scène à Boomtown en 2015( ou 2016 chépu) et ma offert la chance de jouer du gros Bassline-UKG debile à-souhaits plusieurs jours d’affilée alors que j’avais rien à foutre sur leur Line-up…Un grand moment!

Je parle d’Outlook ou on s’arrête là?…

Bertil 1

Adepte des combos meurtriers, on sait que tu l’es. Quel est le trick ultime, LA combinaison entre deux morceaux, qui une fois dropée, emmène tout le monde, des bassface aux ladies shav’ ?

J’ai envoyé une paire de combo sales-propres depuis toutes ces années entre dubstep, jungle, dnb, UKG, Bassline etcetc et ne me rappelle que rarement des tunes impliquées… Mais pour répondre à ta question sans détours, je dirais qu’un bon bon mix jungle avec du amen-break superposé sur du amen-break avec plein de sons de batterie et un bon gros sample reggae/dub, le tout choppé droite-gauche juste comme Tonton Ebola faisait, pour moi, c’est un mix qui met tout le monde d’accord, fait sauter les plombages et sentir le fennec.

bertil 2

On connaît la polémique qui commence a être vieille comme le monde sur le passage du vinyl au digital. Chez Drumtabass on sait que tu as traversé les époques et les coups de gueules…. Quel est ton avis sur la question ?

Insérez ici le meme de Kaaris tout souriant avec la légende : “j’m’en bats les couilles, frère”.

(NDLR Bosco : ouiiiiiii!)

Let the music play, il n’y a bien que les dj’s que ça chiffonne cette histoire…

Je pense que c’est un sujet adoré par celles et ceux qui aiment parler de musique, mais n’aiment, au bout du compte, pas tant que cela cette musique. Tu m’suis ou je parle trop Jean-Claude? 

Ça donne une consistance quand tu as rien d’autre à pénave en soirée ou sur les forums (ça existe encore, tiens, les forums?)

2020, un label ? Un artiste que tu attends au tournant ?

Grosse attente vis à vis des structures dnb françaises, labels, producteurs, activistes car ça remue bien, il y a un vrai bouillon de culture, des passionné-e-s qui se bougent et j’aimerais voir cela continuer… je ne citerai personne pour être sûr de n’en oublier aucun-e, du coup… mais si vous lisez ça, j’vous kiffe, mêmes ceux que j’aime pas bien !

Bon j’avoue que DJ Hybrid, Fixate, Sam Binga et Particle par exemple me donnent le tournis en ce moment…

Au vu de la conjoncture actuelle, il est difficile de tracer ton actualité future. Une chose est sûre, on peut te retrouver dans la pénombre des ondes avec votre formation The Bass Society sur Rinse France aux côtés de tes acolytes Absurd et Background . Plus local, on se pose tous la question, où en est la Hard Bass Dealers Family ?

Je parlais de chance un peu plus haut… Avoir l’opportunité de jouer sur Rinse France avec mes compères de TBS, c’est juste incroyable : un tel médium pour faire écouter nos choix musicaux aux auditeurs et leur faire découvrir de nouveaux horizons sonores, ça ne refuse pas!.. Par ailleurs, TBS est la SEULE émission qui soit hebdomadaire depuis le Day 1 de Rinse France, et en toute franchise nous en tirons une certaine fierté.

La team HBD s’est agrandie avec le temps, mutant au gré des divers chemins que ses membres prennent. Certains ont fondé une famille, d’autres continuent d’explorer le spectre drum and bass (ou font les deux!) via le projet Resistance, composé de Square, Kapak et Pelik. Leur came c’est plus produire des morceaux et organiser un habillage visuel autour, pour enfin offrir leur vision du truc lors d’événements ponctuels (cf leur maxi bordel à St So fin 2019).

L’émission en elle-même est dormante depuis quelques années maintenant : nous avons produit une masse de travail impressionnante au cours des années avec les podcasts chaque semaine, guest et interviews.

 Il était temps de passer à autre chose, et ce afin de préserver la qualité du travail fait en amont, voyez-vous?

Toutefois vous pouvez retrouver 100+ podcasts mijotés par nos soins sur internet. Google is your friend, mate .

bertil 3

C’est l’heure : Apéro ?

Oh non Angélique, sors de ce corps !..

(Si tu as traîné au Bartabas, toimaimetusé)

Avant de terminer, un conseil sape pour les jours confinés à venir ? Bas de Pyjama en bas, Stone Island en haut, avec l’autorisation de sortie en poche ?

Pourquoi ne pas apprendre à coudre? Faire des customs de vêtements, recycler des vieux trucs de que-mar et les mélanger entre eux? Imagine intervertir les logos de tes sapes entre-elles? Regards de travers assurés Rue de Béthune min tcho(t’) ! 

Pour les autres, apprenez à mixer ou produire, par exemple.

DTB CREW . Straight Outta Lille, Lyon, La Réunion, Canton Du Vaud & Bouscaillou

Stay at home, read focuses, eat interviews and listen radioshows.